in ,

Le « V », nouvelle technique d’identification des djihadistes masqués

S’ils apparaissent généralement masqués, les djihadistes utilisent très souvent un signe bien distinctif sur les médias, le « V » de la victoire. Des experts jordaniens travaillent sur un algorithme permettant l’identification des personnes à leur manière d’effectuer ce signe.

Lorsqu’ils s’affichent dans les médias, c’est généralement à visage dissimulé pour éviter toute identification possible. Et s’il était tout de même possible d’identifier les djihadistes malgré cet élément ? C’est ce sur quoi travaille l’expert Ahmad Hassanat avec son équipe de l’université de Mu’tah, en Jordanie, en développant un algorithme se focalisant sur un signe bien distinct privilégié par les djihadistes, le « V » de la victoire réalisé avec les doigts.

Grâce à cette nouvelle technique, c’est une grande aide à l’identification biométrique qui pourrait être apportée. La main est en effet, selon de nombreux anatomistes, une partie du corps extrêmement variable d’un individu à l’autre, et analyser la taille des doigts et l’angle créé entre l’index et le majeur pourrait s’avérer utile dans le processus d’identification d’un individu. Mais la tâche s’annonce extrêmement complexe. « Identifier une personne en n’utilisant qu’une petite partie de sa main est difficile. À notre connaissance, cela n’a jamais été expérimenté » concède Ahmad Hassanat.

Capture d’écran 2016-03-11 à 17.10.03

Malgré ces difficultés, l’algorithme mis au point par ces experts se révèle être très encourageant. Il a été demandé à une cinquantaine de volontaires d’effectuer ce signe « V » avec les doigts, photographié sous divers angles. Sur plus de 500 clichés, deux tiers ont été utilisés pour constituer une base de données à l’algorithme, ensuite testé sur le dernier tiers des clichés. Des tests qui ont été très positifs, puisque 90% des identifications sont tombées juste. « Il y a de grandes chances que ce système soit utilisé pour identifier des terroristes, si la seule partie de leur corps visible est leur main faisant le signe de la victoire« .

L’objectif est maintenant d’affiner la précision de cet algorithme en agrandissant la base de données et en y ajoutant d’autres facteurs d’identification, comme la longueur ou encore la largeur des doigts. Une technique qui, seule, ne pourrait pas permettre d’identifier un individu de manière formelle, mais qui, couplée à d’autres données d’identification, pourrait être d’une grande aide.

Sources : ibtimes, MITtechreview