in

L’US Navy a testé les micro-ondes pour le transfert d’électricité sans fil

Crédits : U.S. Naval Research Laboratory

La marine des États-Unis dit avoir réalisé l’expérimentation la plus importante de ces cinquante dernières années. Elle a en effet délivré de l’énergie par la voie des airs grâce à la technologie des micro-ondes. En quoi cette innovation pourrait-elle représenter une révolution ?

Le projet Scope-M

Peu importe son objectif, toute opération militaire se montrera inefficace sans apport en énergie. Cette dernière est tout simplement indispensable en toute circonstance. Aussi, de nombreux chercheurs travaillent sur des projets ayant pour objectif d’augmenter leur autonomie tout en réduisant les contraintes en lien avec l’approvisionnement. Dans un communiqué du 20 avril 2022, la marine des États-Unis a détaillé le projet Scope-M, dont le but est d’acheminer de l’énergie par les airs à l’aide de micro-ondes. Au sein d’un laboratoire, des scientifiques ont maintenu 1,6 kW de puissance sur une distance d’un kilomètre au moyen d’un faisceau micro-ondes.

En premier lieu, l’électricité est convertie en micro-ondes. Ensuite, ces mêmes micro-ondes se concentrent en un faisceau étroit se dirigeant vers un récepteur. Le récepteur en question comporte des milliers d’antennes dites « redresseuses ». Ces antennes de type dipôle (deux brins) sont ainsi capables de convertir l’énergie des radiofréquences en courant continu. Plus précisément, les antennes sont chacune associées à une diode dont la mission est de convertir le courant alternatif des micro-ondes en courant continu.

micro-ondes electricité 2
Crédits : U.S. Naval Research Laboratory

Pour une utilisation directe sur le terrain

Dans le cadre de ce projet, les chercheurs ont installé un faisceau de micro-ondes d’une fréquence de 10 GHz à deux endroits. Le premier se trouvait à Blossom Point (Maryland) et le second au Haystack Ultrawideband Satellite Imaging Radar du MIT (Massachusetts). Selon les observations, le faisceau s’est montré efficace à hauteur de 60 %. Ce résultat donne dans un premier temps satisfaction, puisque l’armée et les scientifiques ne croyaient pas fermement en cette technologie avant l’expérience.

Par ailleurs, il faut savoir que le choix de la fréquence de 10 GHz n’est pas le fruit du hasard. En effet, cette valeur offre une réelle stabilité même en cas d’intempéries en évitant par le même temps toute perturbation de l’environnement. Pour les responsables du projet, il s’agit de l’expérimentation la plus importante de ces cinquante dernières années.

Enfin, les chercheurs de l’US Navy estiment que cette technologie pourrait permettre de créer des points d’alimentation sur Terre sans réseau électrique à partir de centrales solaires situées en orbite. Toutefois, les militaires pensent quant à eux à une utilisation directe dans le cadre d’opérations sur le terrain pour assurer l’apport en énergie à des troupes, et régler ainsi tout problème d’approvisionnement et d’autonomie.