in

Union Européenne : plus de 80 % des habitats naturels sont en mauvais état

Crédits : European Wilderness Society

Selon un rapport, les pays de l’Union européenne contiennent pas moins de 80 % d’habitats naturels en mauvais état. Or, l’Union devrait mieux préserver ses espaces naturels, dont la dégradation agit négativement sur la biodiversité et freine les attentes en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Une aggravation de la situation

Le 19 octobre 2020, l’Agence européenne de l’Environnement (AEE) a publié un rapport édifiant. Selon le document, la nature connaît en Europe un déclin continu et préoccupant. 81 % des habitats naturels de l’Union européenne étaient en mauvais état sur la période étudiée (2013-2018).

Il s’agit là d’une aggravation de la situation puisqu’entre 2007 et 2012, 77 % des habitats naturels étaient en situation dite “défavorable”. Carlos Romao, expert pour l’AEE et coauteur du rapport, estime que nous avons clairement besoin d’une remise à flot à grande échelle en Europe. L’intéressé indique que c’est nécessaire à la fois pour la biodiversité et le programme de lutte contre le changement climatique.

nature europe
Crédits : FMedic_photography / Pixabay

Les activités humaines en cause

Le rapport indique que 47 % des oiseaux ont un “bon” statut de conservation, soit cinq points de moins que l’étude précédente. Certaines espèces familières telles que l’alouette des champs et des paysages ordinaires comme les plaines de bruyères sont en déclin. Par ailleurs, les menaces face auxquelles la nature doit faire face sont multiples. Citons notamment l’urbanisation, les activités de tourisme et de loisirs, l’agriculture intensive, l’exploitation non durable des forêts ou encore la pollution.

Parmi les défis émergents, nous retrouvons les épisodes de sécheresse en lien avec le dérèglement climatique. Le rapport de l’AEE évoque 67 000 activités humaines responsables de la dégradation de la nature au sein des 28 pays de l’UE entre 2013 et 2018. De plus, il faut savoir que la situation des habitats importants pour les pollinisateurs est encore plus mauvaise. Or, les pollinisateurs sont essentiels pour la biodiversité.

Tout n’est toutefois pas négatif. L’AEE explique que les bons statuts de conservation des espèces animales en général concernent 27 % de ces dernières. Si ce nombre n’est pas très haut, celui-ci a néanmoins augmenté de quatre points par rapport à l’étude précédente. Par ailleurs, les sites du réseau Natura 2000 font l’objet d’une meilleure conservation. Or, ces sites couvrent 18 % des terres et 10 % des mers de l’UE. Si ce taux stagne concernant les terres, celui des mers a augmenté de quatre points. Ceci signifie que les efforts de préservation sont généralement payants.