in

Une super-terre potentiellement habitable – voire habitée ? – découverte à proximité

Crédits : Jack Madden / Cornell University

Une équipe d’astronomes annonce avoir identifié une super-terre à “seulement” 31 années-lumière de la Terre. La planète se placerait à bonne distance de son étoile pour espérer contenir de l’eau sous forme liquide à la surface.

TESS a encore frappé. Le satellite de la NASA, en orbite depuis le mois d’avril dernier, a déjà découvert plusieurs dizaines d’exoplanètes, mais celle-ci est sans doute la plus intéressante. Retrouvée à 31 années-lumière (autrement dit, dans notre arrière-cour cosmique) dans la constellation de l’Hydre, GJ 357 d est un peu plus grande et un peu plus massive que la Terre. Mais surtout, elle pourrait contenir de l’eau liquide à la surface. Se pose alors forcément la question de la vie. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.

C’est excitant, car c’est la première super-Terre proche de l’humanité qui pourrait potentiellement abriter la vie”, s’enthousiasme Lisa Kaltenegger, de l’Institut Carl Sagan de Cornell. Elle souligne également le fait que, si la vie existe effectivement sur cette planète, elle pourrait être détectable (biosignatures) avec la prochaine génération de télescopes.

Un système à 3 planètes

Le système se décompose de la manière suivante. Une naine rouge, environ trois fois plus petite que notre soleil, abrite en réalité trois exoplanètes : GJ 357d, GJ 357 c et GJ 357 j. Les deux dernières sont trop proches de leur étoile pour espérer la présence de vie. Trop chaud en surface. En revanche GJ 357d, environ 22% plus grande que la Terre et 6,1 fois plus massive, se place à un cinquième de la distance qui sépare la Terre du soleil. Autrement dit, compte tenu des caractéristiques de son système, cette planète évolue dans la zone habitable de son étoile.

exoplanète
Le système GJ 357, retrouvé à 31 années-lumière de la Terre. Crédits : Centre de vol spatial Goddard de la NASA / Chris Smith

Habitable… à condition d’avoir une atmosphère

Elle se place plus précisément à l’extérieur de la zone habitable de la naine rouge. Ici, elle reçoit environ la même quantité d’énergie stellaire de son étoile que Mars du Soleil. C’est pourquoi, pour espérer y trouver de l’eau liquide en surface, il est primordial que la planète soit enrobée d’une épaisse atmosphère, dans le but de capter suffisamment de chaleur. Si en revanche la planète n’a aucune atmosphère, il pourrait faire en surface jusqu’à -53 degrés Celsius. Nous serions alors bien en dessous du point de congélation de l’eau.

Certaines questions restent donc encore sans réponse. Mais il ne fait aucune doute que GJ 357d se présente aujourd’hui comme une cible de choix pour de futures études de suivi. Par le James Webb Telescope, notamment, dont le lancement est prévu en 2021. Si cette planète a effectivement une atmosphère, l’instrument sera en mesure d’en analyser sa composition, et par extension, d’évaluer son potentiel de vie.

Articles liés :

Une “super-Terre” découverte autour d’une étoile proche

Découverte d’une super-Terre qui pourrait être la planète “Vulcain” de Star Trek

Une Super-Terre habitable à 111 années-lumière ?