in

Une start-up française produit de l’hydrogène vert grâce à la houle

Crédits : dimitrisvetsikas1969 / Pixabay

La société Hace est à l’origine d’un projet alternatif de production d’hydrogène en mer grâce à l’énergie des vagues. Un prototype en place depuis trois ans a réussi des tests grandeur nature en Nouvelle-Aquitaine. Toutefois, malgré son potentiel, ce projet plusieurs fois récompensé éprouve de sérieuses difficultés à aller plus loin.

Modulable, adaptable et écologique

En 2018, la start-up Hace a installé un prototype de machine houlomotrice au pied du pont de l’île de Ré (Nouvelle-Aquitaine). Après sept années de recherche et développement, cette société a mis au point une technologie qui produit de l’hydrogène vert en convertissant la houle en électricité. Sa principale particularité est de produire cette l’énergie grâce aux petites vagues de faible amplitude, alors que les autres projets du genre s’intéressent plutôt aux vagues plus fortes.

Adaptation et modularité sont les maîtres mots du projet. En effet, le système peut être installé près des côtes, mais aussi sur un lac. Composé d’une série de caissons assemblés entre eux, le système se module de façon à atteindre la puissance désirée, à savoir entre 10 et 200 kW. Évoquons également l’empreinte carbone du système, présenté comme étant l’une des plus faibles au monde (0,5g équivalent CO2/kWh).

prototype Hace houle electricité
Crédits : Hace

La France ne semble pas croire en cette technologie

Bien qu’ayant reçu plusieurs récompenses, Hace fait aujourd’hui face à un problème de financement. La levée de fonds organisée après le succès des tests concernant le prototype ne permet pas de passer à l’étape suivante. En effet, il manque deux millions d’euros pour fabriquer un démonstrateur préindustriel. La start-up désire à terme atteindre une capacité de 500 MW avec 80% de facteur de charge pouvant produire 3,5 millions de MWh.

L’énergie houlomotrice est indéniablement une filière d’avenir. Son potentiel est énorme sans doute bien plus important que l’éolien off-shore, mais elle sort à peine du laboratoire et n’a pas encore trouvé son modèle économique“, a expliqué Marc Lafosse, président de la commission Énergie Marine au Syndicat des Energies Renouvelables dans un article publié par France Culture le 26 avril 2021.

Malheureusement pour Hace, les hauts fonctionnaires de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) n’ont pas inscrit le projet dans la programmation pluriannuelle de l’Énergie (PPE). Cela signifie donc que l’énergie houlomotrice aura des difficultés à trouver des financements sur notre territoire dans les prochaines années. Enfin, si la France ne semble pas y croire, cette technologie voit néanmoins différents projets se mettre en place dans plusieurs pays dont le Danemark, le Portugal, la Chine ou encore les États-Unis. À travers le monde, pas moins de 350 brevets en lien avec l’énergie houlomotrice ont été déposés.

Voici une vidéo expliquant précisément le fonctionnement du système de Hace :