in

Une société vise à conserver de l’ADN humain sur la Lune dès 2023

intuitive machine nova-c
Une illustration de l'atterrisseur Nova-C sur la Lune. Crédits : NASA

Placer votre matériel génétique à des centaines de milliers de kilomètres de la Terre, ça vous tente ? Space Crystals LLC prévoit de cristalliser l’ADN de clients pour le conserver sur la surface de la Lune. La société a réservé un espace de charge utile pour sa première livraison de ce type lors d’une mission d’atterrisseur en 2023.

La technologie, soutenue par la société Waypoint 2 Space et son fondateur Kevin Heath, coûtera 150 000 dollars aux clients. Le concept consiste à prélever de l’ADN pour l’infuser dans deux solutions de matrice cristalline en laboratoire. Ces solutions seront ensuite envoyées à la Station Spatiale Internationale (ISS) où les cristaux se développeront dans l’environnement d’apesanteur de l’espace. Ces cristaux cultivés dans l’espace, qui ne seraient pas gênés par la gravité, pourraient alors prendre toutes sortes de formes uniques, préservant au passage « l’essence des clients pour l’éternité ».

Trente à quarante-cinq jours plus tard, ces cristaux formés seront ensuite renvoyés sur Terre. L’un sera remis au client tandis que l’autre sera intégré dans une capsule temporelle contenant également un gigaoctet de données personnelles du client. Cette capsule sera finalement envoyée sur la Lune au moyen d’un atterrisseur. Une première mission doit avoir lieu l’année prochaine.

Notez que la technologie utilisée par Space Crystals, prétendument unique, est toujours en instance de brevet.

Quel atterrisseur ?

Bien que nous ne sachions pas encore quel atterrisseur lunaire Space Crystals utilisera pour son premier voyage lunaire, il existe quelques options sur la table. Nous savons en effet que plusieurs sociétés développent leur propre modèle d’atterrisseur dans le cadre du programme Commercial Lunar Payloads Services (CLPS) de la NASA, destiné à soutenir le développement du programme Artemis.

Astrobotic lune ADN
Illustration de l’atterrisseur Peregrine. Crédits : Astrobotic

Parmi ces sociétés figure Astrobotic Technology, qui doit lancer son atterrisseur lunaire Peregrine en 2023 (vu ci-dessus). Équipé de cinq moteurs lui permettant de naviguer dans l’espace et de se poser sur le sol lunaire, le véhicule proposera divers emplacements capables de stocker des charges utiles pour le compte de clients, dont la NASA, et potentiellement Space Crystals.

Une autre option serait Intuitive Machines, qui développe un atterrisseur nommé NOVA-C. La NASA lui a attribué un contrat pour le développement d’un extracteur de glace chargé d’opérer au pôle sud de la Lune. Cet extracteur de glace, nommé PRIME-1, sera lancé vers la Lune l’année prochaine à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX.

L’idée proposée par Space Crystals de conserver votre ADN sur la Lune semble un peu farfelue, mais il ne fait aucun doute que certaines personnes disposant du capital approprié y verront une opportunité d’entrer dans l’Histoire.