in

Une seconde garderie naturelle de raies mantas découverte

Crédits : pixabay

La raie est un poisson mondialement connu pour sa taille, sa forme… et sa gentillesse. En effet, que ce soit au Mexique ou en Australie, vous pouvez nager en toute tranquillité aux côtés de ces gigantesques poissons. Les scientifiques commencent à étudier la reproduction de ces raies mantas. Ainsi, une incroyable découverte a été faite sur la côte du Texas.

La vie des raies mantas

Une raie manta est un poisson qui se nourrit de plancton, et on sait qu’il peut vivre jusqu’à 40 ans. Il atteint sa maturité sexuelle vers 10 ans : à partir de là, une femelle donne naissance une fois tous les trois ans à un seul bébé à peu près. Cette fécondité est très faible pour un poisson. Ceci, et surtout la forte demande du marché asiatique pour les ailes de raie manta font que ce poisson est aujourd’hui menacé.

raies manta océan
Crédits : pixabay

Une observation majoritairement faite sur des adultes

On avait déjà observé des petits de la raie manta, mais on en trouvait beaucoup moins que laissait supposer le nombre d’adultes. « L’enfance des raies mantas océaniques avait toujours été une sorte de boîte noire pour nous, nous n’avons pu en observer que très rarement », déplore Joshua Stewart, expert en biologie marine à la Scripps Institution of Oceanography.

Une équipe de chercheurs s’est alors rendu compte que sur une partie du globe, plus précisément au NOAA’s Flower Garden Banks National Marine Sanctuary situé dans le golfe du Mexique, on trouvait une concentration anormale de jeunes raies mantas qui n’avaient pas encore atteint leur maturité sexuelle. Les chiffres sont les suivants :

  • 95 % des raies mantas océaniques sur place ont moins de 10 ans
  • 80 % des raies mantas de récifs sur place ne sont pas encore adultes

Ainsi, les scientifiques pensent que cette région est en fait une garderie géante. Elle représente une chance unique d’étudier ces jeunes raies mantas. « Avoir identifié cette zone comme une garderie est très important pour la conservation et la gestion de l’espèce, cela nous donne aussi l’occasion de pouvoir enfin étudier ces jeunes spécimens », continue Joshua Stewart.

La première garderie à laquelle les scientifiques ont accès

Il s’agit de la seconde garderie du genre découverte. La première se situe dans un lagon en Indonésie et a été découverte en 2015. Cependant, celle-ci n’a jamais fait l’objet d’une étude ou même d’une publication dans une revue scientifique. Ce second site découvert est donc bel et bien une chance unique de pouvoir en apprendre davantage, comme le déclare John Stewart :  « Il y a tellement de choses que nous ne savons pas au sujet des raies mantas et c’est passionnant d’un point de vue scientifique, car cela signifie qu’il y a tellement de questions qui attendent encore une réponse. Cette découverte est un progrès majeur dans notre compréhension de l’espèce et sur l’importance des différents habitats tout au long de la vie d’une raie manta ».

Sources : Scripps Institution of OceanographyMarine Biology

Articles liés :