in

Une rencontre importante se déroulera à 4 milliards de kilomètres le 1er janvier prochain

astéroide MU69 2014
Une impression d'artiste du vaisseau spatial New Horizons de la NASA rencontrant MU69 2014, qui orbite 1,6 milliard de kilomètres au-delà de Pluton, le 1er janvier 2019. L'objet sera le monde le plus primitif et le plus lointain jamais exploré par L'Homme. Crédits: NASA / JHUAPL / SwRI / Steve Gribben

Le 1er janvier prochain, la sonde New Horizons commencera à transmettre des données concernant sa rencontre avec Ultima Thule, à 4 milliards de kilomètres de la Terre depuis la ceinture de Kuiper. Ce petit corps deviendra alors l’objet le plus éloigné jamais exploré par l’Homme.

À des milliards de kilomètres de la Terre se trouve un essaim de petits objets glacés entourant notre système solaire : c’est la ceinture de Kuiper. Très éloignée, cette région de notre système reste encore très largement inconnue. Mais les choses pourraient bientôt changer avec New Horizons. Celle qui nous avait gratifiés en 2015 du célèbre « cœur de Pluton » s’est en effet depuis rapprochée de l’un de ces objets. Et dans quelques jours, les premières données nous seront renvoyées.

« Comment s’est-il formé ? A-t-il une atmosphère ? Des anneaux ? »

Le 1er janvier, la sonde américaine se rapprochera en effet de l’objet 2014 MU69 (ou récemment nommé Ultima Thule). Pendant quelques heures, New Horizons examinera cette petite roche – véritable relique datant de la formation de notre système – sous toutes les coutures. « Nous allons découvrir de quoi cet objet est fait, explique Alan Stern, principal investigateur de la mission New Horizons. Comment s’est-il formé ? A-t-il une atmosphère ? Des anneaux ? Qui sait ce que nous pourrions trouver ».

New Horizon
La sonde New Horizons au Centre spatial Kennedy peu avant son lancement. Les protections thermiques dorées ne sont pas encore posées (25 septembre 2005). Crédits : Nasa

Nous pourrions également bientôt savoir si 2014 MU69 est un objet simple d’environ 30 km de diamètre, ou s’il se constitue finalement de deux objets évoluant l’un autour de l’autre. Il faudra néanmoins être patient. Si les premières données seront effectivement renvoyées vers la Terre début janvier, on note que New Horizons ne peut en transmettre qu’environ 1 kilobit par seconde. Il faudra alors patienter au moins 20 mois avant de recevoir l’ensemble des analyses faites par la sonde autour de l’objet. Mais il ne fait nul doute que New Horizons, encore une fois, ne décevra pas.

L’incroyable survol de Pluton et sa lune

On rappelle que le survol de Pluton par la sonde en 2015 fut l’une des missions les plus prolifiques de ces dernières années. Si nous pensions auparavant la planète naine et sa lune Charon étaient complètement mortes, New Horizons avait au contraire décelé une intense activité géologique. Des montagnes de glace d’eau et de vastes plaines d’azote gelé ont également été repérées sur Pluton, ainsi que des molécules organiques sur Charon.

« Nous nous attendions à ce que Pluton soit un simple monde inactif, mais en réalité, il n’est pas moins complexe que la Terre ou Mars, poursuit en effet le chercheur. Nous avons également constaté une activité géologique ; nous ne nous attendions pas à cela. Nous pensions également que Pluton avait perdu toute énergie géothermique il y a longtemps. Et encore une fois, ce n’était pas le cas ». On espère ainsi constater le même genre de surprise dans quelques mois avec Ultima Thule.

Source

Articles liés :

Quand New Horizons nous emmène en balade sur Pluton

New Horizon détecte de la glace de méthane sur la surface de Pluton

New Horizons détecte une possible calotte glaciaire sur Pluton