in

Une région de l’Alaska sous la menace d’un méga-tsunami !

Crédits : Milepost430Media / Istock

Des chercheurs étasuniens ont publié une étude inquiétante concernant une partie de l’Alaska. En entraînant l’accélération du recul des glaciers, le réchauffement climatique fragilise les fjords. Dans une zone en particulier, une importante masse menace de s’effondrer, ce qui pourrait engendrer un tsunami dont les plus hautes vagues atteindraient 300 mètres de hauteur.

Du recul des glaciers aux tsunamis

Le recul des glaciers nourrit de nombreuses craintes dans l’écrasante majorité des régions polaires (et montagneuses) du globe. Toutefois, les conséquences de ce recul peuvent parfois s’avérer plutôt inattendues. Une équipe de chercheurs de l’Université d’État de l’Ohio (États-Unis) évoque notamment un scénario qui a tout du film catastrophe. Selon eux, l’Alaska risque de voir se produire un mégatsunami. Dans leur étude publiée dans la revue Geophysical Research Letters en octobre 2020, les scientifiques expliquent en effet avoir analysé des images satellitaires de la région, concernant la période 1999-2020. Lorsqu’un glacier se retire progressivement d’une vallée, les versants (qui bénéficiaient jusque là du soutien de la masse de glace) s’en trouvent fragilisés. Aussi, les risques de mouvements de terrain de grande ampleur deviennent très importants.

Un des premiers signes laissant paraître ce type de risque est l’apparition d’un genre de cicatrice de décrochement en haut de versant. Citons également un lent mouvement de descente du sol. Un événement déclencheur de type séisme, fortes précipitations ou encore fonte rapide de neige peut alors engendrer une rupture complète du sol. En conséquence, la masse de roches et de sédiments glisse dans la vallée (fjord) et peut déclencher un énorme tsunami.

fjord baie prince william
Un des fjords de la baie du Prince William.
Crédits : 12019 / Pixabay

Des vagues de 300 mètres de hauteur

Grâce à leurs images, les chercheurs étasuniens ont mis en exergue le mouvement descendant d’une partie d’un versant du fjord de Barry Arm, dans la baie du Prince William (Alaska). Il faut savoir qu’en 2019, un habitant de la zone avait repéré un glissement de terrain. Néanmoins, ce décrochement est bien plus ancien comme en témoigne une photographie datant de 1957 étudiée par les scientifiques. Toutefois, les membres de l’équipe s’accordent sur une accélération du processus entre 2010 et 2017. Or, cette accélération annonce une future rupture du versant.

Les scientifiques ont réfléchi à plusieurs scénarios grâce à leurs modélisations. Le plus pessimiste concerne une rupture du versant et le glissement de la totalité de la masse de roche et de sédiments. Or, cette masse représente un volume de près d’un demi-milliard de mètres cubes. En glissant dans les eaux du fjord de Barry Arm, la masse en question sera donc à l’origine d’un tsunami géant dont les plus hautes vagues pourraient mesurer 300 m de hauteur et filer à une vitesse comprise entre 25 et 40 m/s.

Évidemment, cet événement serait une catastrophe pour les habitants des villages de la baie du Prince William. Il s’agit d’ailleurs d’une zone très touristique et d’un lieu de pêche prisé. Les chercheurs sont toutefois incapables de prédire quand ce tsunami se produira, mais peuvent au moins délimiter les zones à risque.