in

Une puce miniature destinée à équiper de futurs « nanodrones » !

Crédits : MIT News

Des chercheurs du MIT ont mis au point nouvelle version du circuit électronique Navion. Celui-ci est encore plus petit que l’ancien et pourrait être intégré dans des drones miniatures, notamment dans le cadre de la gestion d’une caméra embarquée.

La nouvelle version de la puce Navion mise au point par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) est le premier élément essentiel de la fabrication de drones dont la taille ne dépasserait pas celle d’une abeille. La taille de cette puce est impressionnante (20 millimètres carrés de surface) tout comme sa consommation (24 milliwatts). Malgré cela, la puce Navion est capable en temps réel de traiter un flux vidéo de 171 images par seconde !

Rappelons que la première version de cette puce consommait 2 watts et utilisait 2 Mo de mémoire interne – et cela montre l’étendue des nouveaux progrès effectués par les chercheurs. Comme l’explique un communiqué de l’établissement publié le 20 juin 2018, il a été nécessaire de minimiser la quantité de données tampon en utilisant la compression, et la façon dont celles-ci se déplacent sur la puce a été changée. Par ailleurs, les chercheurs ont supprimé les opérations superflues intégrant des zéros (dont la réponse reste zéro) si bien que la mémoire interne de la puce est tombée à 0,8 Mo !

Les meneurs de ces recherches n’ont pas hésité à évoquer des nanodrones qui seraient susceptibles d’embarquer une puce Navion. Celle-ci pourrait alors s’occuper de la gestion des données nécessaires à une caméra vidéo embarquée ainsi qu’à une navigation autonome de l’appareil. En effet, ceci pourrait s’avérer très utile dans des endroits où les connexions GPS sont faibles voire inexistantes. Enfin, les chercheurs ont indiqué que la robotique miniature et le domaine des pilules électroniques pourraient intégrer leur puce en raison de sa petite taille et de sa faible consommation en énergie.

Sources : Futura SciencesGénération NT