in

Une première protéine extraterrestre a-t-elle été découverte ?

Crédits : Gam-Ol/Pixabay

Des chercheurs annoncent avoir découvert pour la première fois une protéine complète « extraterrestre » à l’intérieur d’une météorite.

L’une des théories les plus soutenues concernant l’origine de la vie sur Terre propose que les composants essentiels à nos cellules ont été déposés par des météorites il y a plusieurs milliards d’années. Une idée qui été alimentée par la découverte de certains de ces éléments, comme des acides aminés (composants des protéines) ou du ribose (sucre) dans plusieurs petites roches tombées du ciel.

Mais des molécules plus complexes pourraient-elle se former et survivre dans l’espace ?

Pour le savoir, des chercheurs de l’Université Harvard (États-Unis) ont récemment étudié quelques-unes des météorites dans lesquelles des acides aminés avaient été retrouvés. Dans le cadre de ces travaux, ils ont utilisé une technique de spectrométrie de masse dernier cri. L’instrument leur a essentiellement permis de caractériser leur structure chimique avec une précision encore jamais atteinte.

Une première protéine extraterrestre ?

À l’intérieur d’une petite roche baptisée Acfer 086, trouvée en Algérie en 1990, les chercheurs se sont alors aperçus que les acides aminés précédemment découverts à l’intérieur (de la glycine) se structuraient en réalité en une véritable protéine. Celle-ci semblait se composer de deux chaînes d’acides aminés reliées par des atomes de fer, d’oxygène et de lithium.

Pour s’assurer que ladite protéine n’était pas d’origine terrestre, les chercheurs ont ensuite calculé son rapport deutérium / hydrogène. La technique, de manière très grossière, permet de déterminer l’origine des matériaux. Il est ressorti que son rapport D / H n’avait rien d’égal sur Terre. En revanche, il était compatible avec celui des comètes à longue période.

Cela suggère, selon les chercheurs, que la structure identifiée – baptisé « hémolithine » – est d’origine extraterrestre, et qu’elle s’est probablement formée dans le disque proto-solaire il y a plus de 4,6 milliards d’années.

Néanmoins, il est important de souligner que cette étude, publiée par Arxiv et repérée par Futurism, n’a pas encore été examinée par des pairs. Autrement dit, les résultats ne peuvent pas encore être officiellement confirmés.

« À ce stade, nous avons besoin que d’autres scientifiques utilisent nos méthodes prudentes pour répéter nos résultats », explique en effet Julie McGeoch, biologiste moléculaire à l’Université Harvard et co-auteure de l’étude.

météore protéine
Crédits : AlexAntropov86/Pixabay

Aux origines de la vie

Encore une fois, de nombreux acides aminés individuels – les éléments constitutifs des protéines – ont déjà été trouvés dans des météorites. Mais trouver ce type de molécule est une chose, les trouver disposées en une structure aussi complexe qu’une protéine en est véritablement une autre.

La découverte, si elle se confirme, pourrait donc avoir de grandes implications pour comprendre les origines du vivant dans l’Univers.

Car si en soi l’hémolithine ne nous donne pas la preuve qu’il existe une vie extraterrestre, elle peut en revanche nous donner un indice sur la façon dont la vie a pu commencer sur Terre – ou sur d’autres planètes.

Les groupements d’atomes aux extrémités de la protéine forment en effet un type d’oxyde de fer connu pour absorber les photons de lumière et diviser l’eau en ses constituants que sont l’hydrogène et l’oxygène. Donc théoriquement, cette molécule, en raison de cette propriété, aurait pu jouer un rôle de premier ordre dans la production d’énergie chimique sur Terre à l’origine du développement de la vie.

Pour l’heure ce ne sont ici que des spéculations, concède Julie McGeoch. C’est pourquoi, avec son équipe, elle prévoit de poursuivre les recherches.

Source

Articles liés :

Pour trouver une vie extraterrestre, ne ciblons pas les étoiles semblables à notre Soleil

Vie extraterrestre : TESS et le SETI vont unir leurs forces

Contamination extraterrestre : nous devons repenser les règles