in

Une première infection dopée par le réchauffement climatique ?

Crédits : iStock

Identifié pour la première fois il y a une décennie, le champignon Candida auris se propage simultanément sur plusieurs continents. Comment est-ce possible ? Pour des chercheurs, cette propagation éclair serait l’œuvre du réchauffement climatique.

Candida auris est un champignon Fungi se développant sous forme de levure. Isolé pour la première fois en 2009 dans un hôpital japonais, il semble se propager sur les principaux continents de la planète à une vitesse fulgurante. Il y a trois ans, les autorités sanitaires américaines avaient d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme, témoignant au reste du monde de la haute résistance de la souche aux différents traitements proposés. Résultat, le champignon infecte la circulation sanguine, le cœur et parfois le cerveau. Il peut être particulièrement dangereux, et même mortel en cas de système immunitaire affaibli.

Outre sa redoutable résistance, il y a une chose qui rend les chercheurs perplexes : le fait que cette infection soit apparue dans plusieurs pays, sur plusieurs continents, et ce en un laps de temps très court. Il semble par exemple que des versions génétiquement distinctes soient apparues indépendamment à peu près au même moment en Inde, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud. Comment est-ce possible ? Arturo Casadevall, microbiologiste et immunologiste à l’école de santé publique John Hopkins Bloomberg (États-Unis), a sa petite idée. Il détaille ses travaux dans le journal de l’American Society of Microbiology.

champignon réchauffement climatique
Candida auris. Crédits : Wikipédia

Un champignon “dopé” au réchauffement climatique

Comme l’explique le chercheur, les humains (et globalement, les mammifères) ne sont en général pas beaucoup inquiétés par les infections fongiques. Cela arrive, bien sûr, mais beaucoup moins que chez d’autres classes d’organismes. Pourquoi ? Parce que la température de notre corps (37 °C) empêche la prolifération des champignons. Le problème, avance-t-il, c’est que les températures sur la planète ne cessent de se réchauffer en raison des changements climatiques. Résultat : Candida auris pourrait s’être adapté pour survivre à des températures supérieures à la normale.

« Ce qui est mystérieux c’est que Candida auris soit apparu simultanément sur trois continents. Il est très difficile de l’expliquer, note le chercheur. Quelque chose a donc dû se produire pour permettre à cet organisme de s’étendre aussi facilement. Vous devez essayer de penser : quelle pourrait être la cause unificatrice ici ? Ce sont des sociétés différentes, des populations différentes, poursuit-il. Mais elles ont quelque chose en commun, c’est que le monde se réchauffe ».

De ce fait, Candida auris pourrait alors avoir intégré notre corps plus facilement, cet environnement lui étant dorénavant plus favorable. Partant de ce principe, Casadevall et son équipe ont évalué la réponse d’une autre espèce de champignon mortel, se rapprochant génétiquement de Candida auris. Ils ont alors découvert que la levure était effectivement capable de se développer à des températures plus élevées. En l’occurrence ici, à 37 °C.

Ce n’est ici qu’une intuition. Il sera donc bien évidemment nécessaire d’effectuer d’autres recherches. D’autant que nous n’avons encore jamais réussi à prélever cette levure dans la nature. C’est donc ici la priorité. Une fois que nous aurons découvert l’origine de ce champignon, nous pourrons alors étudier sa réponse à différentes températures, et entrevoir un plan d’action dans le but de l’éliminer.

Source

Articles liés :

L’Islande pleure son premier glacier disparu à cause du réchauffement climatique

Les plus anciens champignons de la Terre sont vieux d’un milliard d’années

États-Unis : un champignon géant âgé de 2500 ans