in

L’humanité doit se préparer à une possible catastrophe volcanique majeure

Crédits : NOAA / RAMMB / CIRA.

Selon deux scientifiques britanniques, les risques d’éruptions volcaniques majeures – d’une magnitude de 7 ou plus – sont bien réels. La probabilité que ce genre d’éruption se produise une fois au cours du XXIe siècle serait de 1 sur 6. Pour les chercheurs, l’humanité devrait se préparer à faire face à cette éventualité.

L’exemple du volcan Hunga Tonga

En Europe, les populations ont dans l’idée que les risques d’éruptions volcaniques majeures sont plutôt moindres. Ailleurs, la menace est davantage prise au sérieux, comme sur l’archipel des Tonga, dans le Pacifique. Rappelons qu’en janvier 2022, l’éruption du volcan Hunga Tonga a généré une éruption très impressionnante, plus puissante que des centaines de bombes nucléaires comme celle ayant dévasté Hiroshima (Japon) le 6 août 1945. Pour deux chercheurs britanniques ayant publié un article dans la revue Nature le 17 août 2022, cette éruption représenterait un signal d’alarme.

Rappelons tout de même que le volcan Hunga Tonga a détruit 90 % de l’île du même nom, heureusement inhabitée. Évoquons également le fait que le panache de cendres avait une dimension représentant la moitié de la taille de la France et que l’onde de choc atmosphérique a fait plusieurs fois le tour de la planète. De plus, l’éruption a généré un volume de matière d’environ 10 kilomètres cubes. Ainsi, il s’agit pour l’instant de l’explosion volcanique la plus puissante du XXIe siècle.

eruption Tonga 15 janvier 2022 2
Eruption du Hunga Tonga du 15 janvier 2022.
Crédits : NASA Earth Observatory

Une menace prise à la légère

Après l’éruption du volcan Hunga Tonga, les scientifiques promettaient une longue période de calme. Pourtant, rien n’est certain selon les auteurs de l’article. Ceux-ci préviennent que des informations provenant de carottes de glace laissent penser que la probabilité d’une éruption d’une magnitude de 7 ou plus au cours de ce siècle est de 1 sur 6. Or, il est question d’une éruption entre 10 et 100 fois plus puissante que celle ayant impacté l’archipel des Tonga au début de l’année.

Rappelons aussi que des éruptions aussi massives ont par le passé généré des changements climatiques brutaux ainsi que l’effondrement de civilisations. Toutefois, les chercheurs britanniques estiment que les gouvernements réalisent peu d’investissements dans le but de limiter les effets de ce type de catastrophe. Ceux-ci demandent donc que les décideurs politiques prennent le sujet un peu plus au sérieux. Le message est par ailleurs très clair : ne rien planifier s’apparente à de l’imprudence.

Dans sa publication, le duo explique qu’une éruption volcanique majeure représente une menace aussi importante que la chute d’un imposant astéroïde sur Terre. Or, s’il existe des plans pour contrecarrer la menace d’un astéroïde géocroiseur, rien ne concerne réellement les éruptions majeures. Seules quelques études assez controversées évoquent des solutions ayant recours à la géo-ingénierie. Citons par exemple la possibilité d’utiliser un avion volant à haute altitude afin de libérer des substances non-toxiques, dont l’objectif est de se lier aux aérosols contenant du soufre, facilitant ainsi leur élimination de l’atmosphère.