in

Une nouvelle méthode pour calculer l’âge des chiens

Crédits : PxHere

Pour de nombreuses personnes, multiplier l’âge d’un chien par sept permet de déterminer son âge en années humaines. Selon des chercheurs, cette méthode est fausse puisque le ratio évoluerait dans le temps. Ainsi, une nouvelle formule est née afin de calculer l’âge des chiens.

Une méthode erronée

Multiplier l’âge d’un chien par sept pour déterminer son équivalent en âge humain est une méthode qui n’aurait aucune base scientifique. Une étude publiée par l’Université de Californie à San Diego (États-Unis) dans la revue Cell Systems le 2 juillet 2020 évoque un ratio évoluant dans le temps. Les chercheurs ont ainsi créé une nouvelle formule.

Celle-ci se base sur l’évolution des schémas des groupes méthyles dans les génomes des chiens et des humains au fur et à mesure que les individus prennent de l’âge. Il faut dire que les humains et les chiens ne vieillissent pas au même rythme au cours de leur vie. Autrement dit, la comparaison parfaitement linéaire 1 pour 7 (ans) n’a donc aucune valeur.

Une formule complexe

Rappelons que les groupes méthyles sont des molécules qui se fixent sur une partie de l’ADN. Il s’agit de faire basculer l’ADN dans une position favorisant la prochaine étape de son développement. Ainsi, les chercheurs ont étudié ce processus chimique de méthylation chez 104 Labradors Retriever, dont l’âge pouvait aller de quelques semaines à 16 ans. Ensuite, ils ont comparé ce même processus chez les humains. Ci-dessous, la nouvelle courbe proposée par les chercheurs étasuniens.

courbe age chien
Crédits : Université de Californie à San Diego / Cell Systems

Les meneurs de l’étude évoquent une nouvelle “horloge épigénétique” induite par la nouvelle formule. Celle-ci se base sur la lecture de l’épigénétique d’une cellule, d’un tissu ou d’un organisme afin de déterminer son âge. Or, cette lecture intègre des modifications chimiques telles que la méthylation, influant sur le caractère “éteint” ou “allumé” de certains gènes, et ce sans altérer la séquence génétique héritée.

Ainsi, un chiot de huit semaines a environ l’âge d’un bébé humain de neuf mois. Il s’agit là de l’étape de développement durant laquelle leurs dents poussent. Par ailleurs, un Labrador à une espérance de vie moyenne de 12 ans, ce qui correspond à 70 ans chez l’humain. Selon les meneurs de l’étude, de plus amples recherches pourraient permettre d’intégrer différentes races de chiens, dont l’espérance de vie moyenne est plus courte ou plus longue.

Enfin, ces recherches pourraient à l’avenir permettre l’élaboration d’un outil utile aux vétérinaires. Il s’agira d’obtenir de meilleurs diagnostics et traitements pour le meilleur ami de l’Homme.