in

Une mâchoire de Dénisovien trouvée sur le plateau tibétain

La mandibule de Xiahe, découverte en 1980. Crédits : Dongju Zhang, Lanzhou University

Les seuls restes de Dénisoviens – une espèce d’hominidé disparue – n’avaient été retrouvés que dans une grotte de l’Altaï en Sibérie. Du moins, c’est ce que l’on pensait. On découvre aujourd’hui qu’ils occupaient le plateau himalayen, il y a 160 000 ans.

Trois molaires, un morceau d’os d’auriculaire et quelques fragments de crânes : telles étaient les seules preuves fossiles de l’existence passée des Dénisoviens, une espèce éteinte identifiée par analyse génétique en mars 2010. Tous ces ossements ont été retrouvés dans une grotte de l’Altaï, en Sibérie. C’est pourquoi l’histoire de cet ancien cousin est toujours empreinte de mystère. La découverte d’une mandibule à 3 280 mètres d’altitude, dans une grotte tibétaine, nous permet aujourd’hui de mieux appréhender son parcours.

Au Tibet il y a 160 000 ans

Située à 40 mètres au-dessus du lit d’une rivière, la grotte Baishiya Karst est une célèbre destination de pèlerinage bouddhiste. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Il y a 160 000 ans, des hominidés fréquentaient la grotte non pas par principe religieux ou spirituel, mais pour s’y réfugier. Et ce n’était pas Néandertal, comme on pouvait le penser auparavant. La récente nouvelle d’une mandibule retrouvée dans la grotte en 1980 par un moine bouddhiste suggère en effet que ses plus anciens occupants étaient des Dénisoviens.

dénisova grotte
La grotte de Baishiya surplombe une falaise de 40 mètres. La découverte d’une mandibule suggère que les Dénisoviens occupaient le plateau himalayen il y a 160 000 ans. Crédits : Dngzhu Zhang, Lanzhou University

Et ça explique beaucoup de choses. « Des traces d’ADN de Dénisoviens sont retrouvées dans les populations asiatiques, australiennes et mélanésiennes d’aujourd’hui, ce qui laissait à penser que ces anciens hominidés avaient peut-être été plus répandus qu’on ne le pensait, explique Jean-Jacques Hublin, de l’Institut d’anthropologie évolutionniste Max Planck à Leipzig, en Allemagne. Pourtant, à ce jour, les seuls fossiles représentant cet ancien groupe avaient été identifiés à la grotte de Denisova, dans l’Altaï ».

Des études génétiques ont par ailleurs suggéré que les populations himalayennes actuelles portent un gène qui fut un jour transmis par les Dénisoviens, leur permettant de s’acclimater à l’environnement de haute altitude et pauvre en oxygène du plateau tibétain. La découverte de cette mandibule confirme donc cette hypothèse, renforçant l’idée que des groupes de Dénisoviens se sont donc probablement adaptés aux conditions difficiles de cette région montagneuse avant même l’arrivée d’Homo sapiens.

Source

Articles liés :

Si certains humains résistent au grand froid, ils le doivent à l’homme de Denisova

Dénisoviens et humains modernes se sont-ils accouplés il y a 15 000 ans ?

Néandertaliens et Dénisoviens se sont accouplés, et ils ont même eu des enfants