in

Une licorne dans les forêts de Slovénie ?

Crédits : SilviaP_Design / Pixabay

Quelle surprise dans les forêts slovènes ! Un chevreuil à UN bois a été découvert par un chasseur en pleine chasse estivale ! Hybridation fantastique ou anomalie biologique ? Au risque d’en décevoir plus d’un, il semblerait que l’explication à l’origine de ce cas étrange soit tout à fait rationnelle.

Non, vous ne rêvez pas. Un chevreuil européen mâle (Capreolus capreolus) possédant un seul bois planté au beau milieu du front a été découvert par un chasseur dans les forêts de Celje en Slovénie. Cet animal semblant tout droit sorti d’un conte de fée est bien vivant. Du moins, il l’a été. Le scientifique Boštjan Pokorny qui s’est empressé de vérifier l’authenticité de l’animal, assure ne jamais avoir vu un cas pareil dans la nature.

Une malformation rare survenue au stade juvénile

Selon B. Pokorny, directeur assistant de l’institut de recherche écologique ERICo Velenje, il semblerait que cette anomalie ne soit qu’une simple, mais très rare malformation survenue lors de la poussée des premiers bois de ce chevreuil, alors tout jeune faon.

« Chez cette espèce, seuls les mâles portent des bois,  explique B. Pokorny dans un e-mail à National Geographic. Ces derniers poussent de façon bilatérale et généralement symétrique à partir d’extensions osseuses du crâne appelées pivots. Cependant chez ce mâle peu ordinaire, les deux pivots, censés être indépendants à l’origine, ont fusionné et ont poussé ensemble, n’en formant qu’un seul plutôt large.»

Des bois très sensibles aux blessures

Contrairement aux cornes, les bois des cervidés sont intégralement constitués de tissu osseux traversé par de très nombreux vaisseaux sanguins. Au cours de leur croissance, ils sont recouverts d’une fine couche protectrice d’aspect doux appelé le velours. Ce dernier se dessèche et tombe lorsque la croissance osseuse est achevée. Entre temps, les pré-bois sont extrêmement fragiles et sensibles aux blessures. L’attaque d’un congénère ou l’accrochage avec un véhicule sont les hypothèses les plus probables quant à l’origine de la malformation de ce chevreuil monobois.

Un chasseur sachant chasser le chevreuil

Le chevreuil étant l’espèce la plus abondante et la plus répandue de Slovénie, des réglementations concernant la chasse de ce cervidé ont été instaurées par le gouvernement. Le chasseur, ayant abattu la «licorne slovène» (comme on l’appelle) pour son âge avancé, avoue s’être aperçu que le chevreuil ne possédait qu’un bois sur les deux, mais cela ne l’a pas interpellé outre mesure. En effet, ce phénomène est plutôt courant chez les cervidés : les bois sont dits caducs, car ils tombent une fois par an puis repoussent ensuite. En outre, selon B. Pokorny, il était impossible pour le chasseur de savoir avec la distance si ce mâle possédait une malformation ou si l’un de ses bois était tombé. Quoi qu’il en soit, d’après l’âge du chevreuil, il semblerait que son handicap ne l’ait pas du tout empêché de se débrouiller dans la nature.

De la magie chez les cervidés ?

Même si le mythe de la licorne slovène vient d’être mis à jour, il reste néanmoins un peu de magie dans cette histoire : la calcification des bois des cervidés, c’est-à-dire la formation du tissu osseux, serait la plus rapide connue de tous les mammifères ! Impressionnant, n’est-ce pas ?

Par Paméla VALADOUX

Sources : Dailymail – Mail Online, National Geographic