in

Une jolie dent de mégalodon découverte par une fillette de 9 ans

dent mégalodon
Crédit : Alicia Sampson

Une fillette de 9 ans passionnée par les fossiles est récemment tombée sur l’une de ses plus belles prises : une dent de mégalodon. Cet ancien requin (le plus grand de tous les temps) dominait les mers du Miocène.

Un joli cadeau de Noël

Molly Sampson avait déjà ramassé plus de 400 dents de requin le long de la côte du Maryland, mais celle-ci était visiblement plus grande que les autres : environ treize centimètres de long. La jeune fille a fait son incroyable découverte le 25 décembre dernier dans les eaux peu profondes d’une plage du parc d’État de Calvert Cliff. Molly et sa sœur, elle aussi passionnée de fossiles, étaient en train de tester leurs nouvelles paires de cuissardes à hauteur de poitrine reçues le matin même pour Noël.

Quelques jours plus tard, Molly et sa famille ont présenté l’énorme dent à Stephen Godfrey, conservateur au Calvert Marine Museum de Salomon, qui a confirmé l’appartenance à un mégalodon (Otodus megalodon) qui faisait probablement la taille d’un bus scolaire, selon le spécialiste.

Le site de Calvert Cliffs a toujours été un point chaud pour les dents de requin fossilisées. Les falaises de la région sont en effet constituées de couches de sédiments de fond marin laissés par un ancien océan qui tapissait la région pendant la majeure partie de l’époque du Miocène. Avec le temps, la roche s’érode par l’action des vagues et s’effondre dans l’eau en contrebas, emportant parfois avec elle des fossiles.

dent mégalodon
Crédits : Alicia Sampson

Que sait-on des mégalodons ?

Pour rappel, les mégalodons parcouraient les océans de la Terre il y a entre 23 à 2,6 millions d’années. Comme les requins modernes, ces poissons avaient un squelette cartilagineux. Ces structures fragiles ne se fossilisant pas facilement, la plupart des connaissances que nous avons de cet ancien requin proviennent principalement de ses dents.

Les différentes analyses de ces fossiles nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage à leur sujet. Nous savons que certains spécimens pouvaient atteindre quinze à vingt mètres de long et peser autant que dix éléphants d’Afrique. Nous savons également que ces anciens prédateurs pouvaient théoriquement voyager à une vitesse de croisière moyenne d’environ 5 km/h, ce qui est plus rapide que n’importe quel requin vivant actuellement. On ignore cependant qu’elle pouvait être leur vitesse de nage maximale.

Par ailleurs, les chercheurs estiment que le volume de son estomac était supérieur à 9 600 litres, ce qui équivaut à environ soixante baignoires. Sur cette base, la plus grande proie que les mégalodon pouvaient consommer à jeun était probablement de taille similaire à celle des orques. Si l’on prend en compte l’ouverture de leur mâchoire, ces prédateurs auraient pu consommer des proies aussi grandes en seulement cinq bouchées. Pour des proies occasionnelles plus grosses, les mégalodons ciblaient probablement les meilleures parties du corps, comme le nez des cachalots.

Enfin, nous savons que ces prédateurs ont probablement disparu en raison de l’émergence des grands requins blancs et du changement climatique.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.