in ,

Une IA pour repérer les psychopathes en observant leurs mouvements de tête

Crédits : fpphotobank / iStock

Des chercheurs étasuniens ont mis au point un algorithme capable de repérer, via les mouvements de tête d’un individu, ses éventuels traits psychopathiques. Ces recherches vont dans le même sens que d’autres travaux et observations antérieures incluant les comportements non verbaux. Néanmoins, il semble que l’intelligence artificielle puisse apporter un plus dans le cadre des diagnostics.

Une orientation plus rigide et plus ciblée de la tête

Une équipe de l’Université du Nouveau-Mexique (États-Unis) a voulu vérifier si la posture de la tête d’une personne pouvait révéler de possibles traits psychopathes. Leur publication dans le Journal of Research in Personality en juin 2021 décrit une intelligence artificielle pouvant interpréter les mouvements de la tête d’un individu lors d’un interrogatoire médico-légal. Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont passé en revue les enregistrements vidéo d’entretiens effectués en prison, et ce concernant pas moins de 507 détenus dont l’âge se situait entre 18 et 62 ans.

Les meneurs de l’étude ont caractérisé les traits psychopathes à l’aide d’un test particulier : la Liste de contrôle de la psychopathie révisée du docteur Hare (PCL-R). Celle-ci permet de faire une évaluation des tendances asociales ou psychopathes d’une personne. Il s’agit d’une véritable référence médico-scientifique que l’on utilise beaucoup en prison et dans les hôpitaux psychiatriques.

Selon les résultats, l’algorithme a établi une forte corrélation entre les traits psychopathes et certains indices non verbaux. Parmi ces indices, nous retrouvons notamment le fait de garder une tête plus stationnaire lors des entretiens, et ce tout en regardant souvent directement la caméra. Les personnes au comportement déviant ont donc tendance à avoir une orientation plus rigide et plus ciblée de leur tête durant les interrogatoires.

mouvement tête détenu psychopathe
Crédits : Université du Nouveau-Mexique/ Journal of Research in Personality

L’intelligence artificielle pour davantage de fiabilité ?

Durant l’Antiquité, certaines personnes avaient déjà remarqué que les individus capables de tromperie étaient généralement plus agités. Bien plus tard, des travaux établissaient des liens entre les comportements psychopathes et la variation des mouvements (et du clignement) des yeux, ou encore des gestes de la main. D’autres chercheurs ont également travaillé sur les micro-expressions faciales pour tenter de déceler la psychopathie.

Néanmoins, analyser et quantifier ce genre d’indices est souvent suggestif et peut faire l’objet de biais d’interprétation. En faisant intervenir l’intelligence artificielle, les chercheurs de l’Université du Nouveau-Mexique pensent apporter un diagnostic plus fiable. En tout cas, ces derniers en sont certains : le langage corporel et la dynamique interpersonnelle contiennent beaucoup d’informations et le décodage permet de comprendre les différences de comportement individuel.