in

Une IA a rédigé un article arrivé en première place sur le média Hacker News !

Crédits : PxHere

Aux États-Unis, un étudiant à l’université a utilisé une IA afin de rédiger un billet de blog. Or, cet article est arrivé en première place sur le média Hacker News sans que personne ou presque ne se rende compte qu’une intelligence artificielle l’avait rédigé.

L’article a trompé son monde

Les progrès de l’intelligence artificielle en rédaction sont indéniables. Comme l’explique une publication dans la MIT Technology Review le 14 août 2020, il est déjà très compliqué de faire la différence entre un article écrit par un humain et un autre dont l’auteur est une machine. Liam Porr, étudiant à l’Université de Californie à Berkeley (États-Unis) a été récemment à l’origine d’une prouesse qui en apporte une nouvelle preuve.

L’intéressé a mené une expérimentation à l’aide de l’outil d’intelligence artificielle GPT-3. L’objectif était de produire un faux billet de blog. Or, cet article est arrivé en première place sur Hacker News, une plateforme spécialisée dans l’actualité des technologies informatiques, du hacking et des startups. Rappelons au passage que le classement des articles se base sur un système de vote de la part des lecteurs.

L’étudiant a donc utilisé la dernière version de GPT-3, une suite d’outil IA avec fonction d’autocomplétion. À l’origine de cette suite, nous retrouvons OpenAI, une société lancée en 2016 à San Francisco. Il s’agit d’une organisation à but non lucratif destinée à s’assurer que l’intelligence artificielle reste bénéfique pour l’humanité en la gardant sous contrôle et en encourageant les chercheurs à partager leurs recherches.

intelligence artificielle
Crédits : iStock

Une rédaction automatique et rapide

GPT-3 est capable de rédiger de manière automatique un texte en se basant sur les instructions de l’humain. Or, la suite intègre un imposant corpus de texte que celle-ci exploite pour en tirer des conclusions statistiques. Par ailleurs, ces conclusions sont stockées sous forme de milliards de connexions pondérées entre les différents nœuds du réseau neuronal de GPT-3. Mis à part les instructions de départ (un titre ou une phrase), l’humain n’intervient pas dans le processus. Le programme cherche et déniche des modèles à utiliser ensuite dans le but de compléter les invites textuelles. Ainsi, l’humain tape plusieurs mots et en quelques secondes, l’IA génère un texte cohérent, complet et clair sur un sujet donné.

Liam Porr a indiqué que l’article intitulé “Vous vous sentez improductif ? Peut-être devriez-vous arrêter de trop réfléchir” contenait 1 112 mots. Il s’agit donc d’un article assez long, devenu pourtant viral en à peine quelques heures. Enfin, il faut savoir que plusieurs personnes avaient deviné que GPT-3 était l’auteur. Toutefois, la majorité des lecteurs avaient réfuté cette thèse et estimé que Liam Porr avait bien écrit l’article.