in ,

Une grenouille “Transformer” découverte en Équateur

Crédits : Capture vidéo

Des biologistes viennent de rendre publics les résultats de leur étude portant sur une nouvelle espèce de grenouille. Baptisée Pristimantis mutabilis, cet amphibien a l’extraordinaire particularité de pouvoir modifier la texture de sa peau afin de mieux se fondre dans son environnement.

Cette petite grenouille, mesurant moins de 2,5 cm, possède un pouvoir étonnant digne de ceux que l’on pourrait retrouver dans certains films de science-fiction. Mise au jour par deux chercheurs dans les hautes forêts des Andes en Équateur, Pristimantis mutabilis est en effet capable de modifier la texture de sa peau en seulement quelques minutes. Si sa découverte remonte officiellement à 2009, c’est grâce à une étude, publiée le 24 mars 2015 dans la revue britannique Zoological Journal of the Linnean Society, que son existence a pu être aujourd’hui rendue publique.

Les résultats de la recherche en question ont montré que l’amphibien était en mesure de faire disparaître – ou apparaître — les protubérances et les aspérités de sa peau en seulement 330 secondes, soit environ 5 minutes. Si ce changement de texture est déjà en soi particulièrement remarquable, il le devient d’autant plus lorsque nous prenons connaissance que Pristimantis mutabilis est l’un des deux seuls vertébrés recensés capables d’effectuer une telle transformation. L’autre cas connu est celui de la Prsitimantis sobetes, une autre espèce de grenouille découverte en même temps que Pristimantis mutabilis. « C’est une rareté. On a déjà noté que des reptiles pouvaient changer de couleur de peau, comme les caméléons, mais nous n’avions jamais observé des changements si notables de texture », a ainsi expliqué Juan Manuel Guayasamin, biologiste à l’université technologique indo-américaine d’Équateur.

Selon l’avis des scientifiques, ce changement d’apparence serait une manière pour l’animal de se camoufler au sein de son environnement. Ainsi, dans son habitat naturel, il arborerait d’importantes protubérances sur des surfaces irrégulières, comme la mousse de la forêt, et les ferait disparaître dès qu’il se trouverait sur des milieux plus lisses. Les chercheurs ont par ailleurs conclu que cette transformation ne serait pas déclenchée par des variations de lumière, puisqu’elle se produit de jour comme de nuit, mais plutôt par la perception de l’environnement, l’humidité ou bien encore le stress.

Pour l’heure, les scientifiques ne sont pas encore parvenus à comprendre les mécanismes qui permettent à cette grenouille d’effectuer une telle métamorphose. Si l’hypothèse d’une répartition préférentielle de l’eau sous la peau est actuellement avancée, des travaux complémentaires seront nécessaires afin de déterminer la justesse de cette théorie.

Sources : l’expressfutura-sciences