in

Une “fourmi de l’enfer” figée avec sa proie depuis 99 millions d’années

Crédits : Barden et al., Current Biology, 2020

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’une nouvelle “fourmi de l’enfer” figée dans de l’ambre vieux de 99 millions d’années. Plus intéressant encore : elle tient encore l’une de ses proies entre ses mandibules.

De nombreuses créatures ont été retrouvées dans l’ambre du Myanmar, dont les gisements datent généralement de la période du Crétacé. Nous avons déjà détaillé la découverte d’un mille-pattes, d’un escargot, et même de quatre grenouilles. Récemment, des paléontologues ont fait une autre découverte intéressante, isolant le crâne (avec le bec) d’un petit dinosaure évoluant dans la région à la même époque.

Il y a quelques semaines, une équipe chinoise a de son côté eu la chance de pouvoir étudier 35 échantillons d’ambre individuels. Chacun piégeait à l’intérieur un ou plusieurs insectes du Crétacé, dont les couleurs “structurelles” avaient été préservées.

Un nouveau morceau d’ambre découvert au Myanmar nous montre cette fois comment une ancienne “fourmi de l’enfer” utilisait ses “pinces coupantes” pour attraper ses proies.

Une ancienne lignée

Le terme “fourmis de l’enfer” est souvent employé pour caractériser plusieurs espèces de fourmis aujourd’hui éteintes. Toutes ont vécu durant la période du crétacé, en même temps que les dinosaures. Ces insectes ne sont pas les ancêtres de celles nous connaissons aujourd’hui. En réalité, elle appartenaient à un sous-groupe éteint bien avant que l’ancêtre commun de toutes les fourmis modernes ne voit le jour sur notre planète.

Ceci étant dit, ces “fourmis de l’enfer”, plutôt que de simples mandibules orientées latéralement, possédait des faux géantes et très coupantes qui pointaient vers le haut. Ainsi, nous supposions que ces insectes devaient être de redoutables prédateurs.

Un fossile d’une valeur inestimable

Ce nouveau fossile nous permet aujourd’hui d’apprécier l’un de ces actes de prédation. Ce qui, en paléontologie, est très très rare.

À ce jour, seize espèces ont été identifiées. Celle qui nous intéresse aujourd’hui, en revanche, est nouvelle pour la science. Elle vient d’être baptisée Ceratomyrmex ellenbergeri. Sa victime était un parent éteint du cafard. Au moment de leur interaction, les deux arthropodes ont été recouverts de sève, figeant ainsi leur lutte pendant 99 millions d’années.

Voir un prédateur éteint pris en train de capturer sa proie est inestimable, confirme Phillip Barden, du New Jersey Institute of Technology. Cette prédation fossilisée confirme notre idée sur le fonctionnement des pièces buccales des fourmis de l’enfer … La seule façon de capturer une proie dans un tel arrangement implique en effet des pièces buccales se déplaçant de haut en bas dans une direction différente de celle de toutes les fourmis vivantes aujourd’hui“.

fourmis
La fourmi coincée avec se proie depuis 99 millions d’années. Crédits : Barden et al., Current Biology , 2020

Quant à savoir pourquoi ces anciennes fourmis de l’enfer se sont éteintes après quasiment 20 millions d’années d’existence, les chercheurs l’ignorent encore.  Pour Phillip Barden, cela pourrait s’expliquer pas leur comportement de prédatrices ultra spécialisé.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Current Biology.