in

Une flotte de robots sous-marins a été déployée pour étudier les microbes océaniques

Crédits : Elisha Wood-Charlson / University of Hawaii

Une équipe de chercheurs teste actuellement une flotte de véhicules autonomes pour collecter des données sur les microbes qui vivent dans l’océan. Des petits robots qui, on l’espère, pourront nous permettre d’en apprendre davantage sur les organismes les plus importants de la planète.

Qu’est-ce qui est presque invisible, omniprésent à travers le monde, et produit au moins 50 % de l’oxygène dans notre atmosphère ? Peut-être connaissez-vous déjà la réponse : les microbes océaniques, qui absorbent aussi une grande partie du dioxyde de carbone sur la planète. Nous réalisons de plus en plus combien le monde est façonné par le plus petit des organismes. Pourtant, à l’instar de son habitat, nous ignorons encore beaucoup de choses sur ces petits architectes. Nous ne savons par exemple pas comment ils influencent le changement climatique et les autres événements à grande échelle. Pour tenter d’en savoir plus, des chercheurs se tournent alors vers de petits robots autonomes.

Le 10 mars dernier, des océanographes et des ingénieurs américains de l’Université d’Hawai à Manoa et de l’Institut de recherche aquatique de Monterey Bay (MBARI) ont en effet déployé trois véhicules sous-marins autonomes à longue portée dans les eaux au large d’Hawaï. Durant cette phase d’essais, ces véhicules seront en mesure d’évoluer et de recueillir des données de manière autonome sur plus de 966 km. Chaque robot est conçu avec des capteurs pour collecter des données telles que la température de l’eau, la composition chimique et la teneur en chlorophylle tout en se déplaçant dans l’océan. Lors de leurs explorations, ces derniers vont notamment cibler de grandes caractéristiques océanographiques comme les tourbillons d’eau et les proliférations de phytoplancton.

En outre, ces petits robots pourront capturer et archiver des échantillons d’eau de mer. Les organismes présents dans ces prélèvements donneront aux chercheurs une idée des types de microbes présents dans différents endroits de l’océan. Après analyse, ils fourniront alors un aperçu de la structure des tourbillons dans lesquels certains évoluent, ou encore des types de microbes présents dans les proliférations d’algues. Si l’océan est longtemps resté une zone sous-étudiée de la planète, ces petits véhicules pourraient donc bientôt changer la donne, nous permettant de mieux appréhender les populations microbiennes en assurant une présence constante dans l’océan, quelles que soient les conditions météorologiques.

Source