in

Une femelle dauphin adopte un orphelin d’une autre espèce

Crédits : Pamela Carzon

Une équipe de chercheurs annonce avoir documenté un rare cas d’adoption interespèces. Il s’agit ici d’une femelle Grand Dauphin et un dauphin à tête de melon. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Ethology.

En 2014, des chercheurs ont commencé à documenter une relation incroyable dans les eaux de la Polynésie française : une femelle Grand Dauphin (Tursiops truncatus) en train d’élever un jeune dauphin d’Électre ou dauphin à tête de melon (Peponocephala electra) orphelin. Il s’agit du tout premier cas d’adoption documenté chez les dauphins et le second plus globalement chez les animaux sauvages. Un premier cas avait en effet été enregistré en 2006 avec deux femelles capucins élevant un bébé ouistiti.

En revanche, ce nouveau cas est d’autant plus intéressant que les mamans dauphins restent de nombreuses années avec leur unique progéniture. S’occuper d’un second petit est donc une contrainte supplémentaire. “Une femelle qui s’occupe d’un bébé hétérospécifique [d’une espèce différente] en plus de son propre petit est quelque chose de très surprenant“, explique en effet Pamela Carzon, du Groupe d’Étude des Mammifères Marins (GEMM) à Tiputa, en Polynésie française.

dauphins
Crédits : Carzon et al., Ethology, 2019

Une adoption, puis plus rien

Tout commença en 2014 lorsque les chercheurs observèrent la femelle dauphin, alors jeune maman, s’occuper de son petit. C’est alors que deux mois plus tard, un second petit dauphin semblait également avoir rejoint les rangs. Les chercheurs ont vite remarqué que cet “intrus” n’était pas de la même espèce. “Il avait un profil élancé, une tête arrondie et un rostre émoussé, des nageoires pectorales pointues, une pigmentation foncée et des motifs blanchâtres entre la gorge et la région urogénitale. Toutes les caractéristiques morphologiques d’une baleine à tête de melon“, écrivent les chercheurs.

Il n’empêche qu’espèce différente ou pas, la femelle dauphin a pris le second petit “sous sa nageoire“, l’allaitant et l’éduquant comme son propre enfant biologique. La cohabitation à trois aurait duré près de deux ans. Après quoi, le dauphin adopté n’a plus été observé. Difficile en revanche d’en expliquer la raison. Certains suggèrent que cela pourrait être lié à la concurrence avec le deuxième petit. D’autres avancent que cela peut plutôt s’expliquer par l’inexpérience de la mère finalement incapable de gérer les deux petits. Il est également possible que l’adopté ait réussi à se sevrer avant de repartir à l’aventure.

Il est très difficile d’expliquer un tel comportement, d’autant plus que nous n’avons aucune information sur la manière dont le nouveau-né à tête de melon a été séparé de sa mère naturelle“, poursuit la chercheuse. “Nous savons en revanche qu’il était bien intégré dans sa communauté adoptive. Il se comportait comme les autres, surfant et sautant avec les Grands Dauphins et communiquant avec les autres membres de la communauté“.

Ainsi, si le jeune dauphin d’Électre est effectivement sevré, il y a fort à parier qu’il se comporte désormais comme un Grand Dauphin.

Articles liés :

Il faut en finir avec le harcèlement des dauphins sauvages par le tourisme

Comme nous, les dauphins qui partagent les mêmes intérêts deviennent amis

Dauphins à Marineland : “Ils ne peuvent même pas plonger !”