in

Une étude prouve que le nuage radioactif ayant traversé l’Europe en 2017 provenait bien de Russie !

Crédits : Jorge Franganillo / Flickr

Une étude récente menée par des chercheurs allemands et autrichiens confirme ce qui n’a longtemps été qu’une hypothèse. Le fameux nuage radioactif ayant survolé l’Europe il y a presque deux ans avait bien une origine russe.

Le nuage radioactif de 2017

En fin d’année 2017, un nuage radioactif a survolé une grande partie de l’Europe. En France, les capteurs de radioactivité avaient effectué des mesures positives de ruthénium 106. D’ailleurs, ce fut également le cas pour 1 300 stations de mesures éparpillées sur le continent. Bien que sans danger étant donné le caractère très bref du nuage, les taux de radiation étaient tout de même cent fois plus élevés que lors de l’accident nucléaire de Fukushima (Japon) en 2011 !

Les autorités européennes avaient alors soupçonné un incident côté russe. Néanmoins, Moscou avait nié en bloc. Le 26 juillet 2019, une étude parue dans la revue PNAS vient confirmer que l’incident s’est bel et bien produit sur le sol russe. Menée par des chercheurs des universités de Vienne (Autriche) et d’Hanovre (Allemagne), cette étude prouve que les radiations provenaient du complexe nucléaire Maïak. Celui-ci se trouve entre les villes de Kasli et Kychtym, à savoir dans le sud de l’Oural proche du Kazakhstan.

Le nuage nucléaire ayant traversé l’Europe en fin d’année 2017 a pour origine le complexe nucléaire Maïak (Russie)
Crédits : Wikipédia

Que s’est-il passé en Russie ?

Les chercheurs ont pu retracer le parcours du nuage en utilisant un millier de mesures provenant de 176 sites. Et surtout, la cause de l’incident a été déterminée. Il est question d’un accident impliquant la production d’un cérium 144 destiné à un usage scientifique commandé par un laboratoire italien. Comme évoqué précédemment, le nuage radioactif était également composé de ruthénium 106. Cependant, celui-ci ayant une durée de vie dépassant à peine les 370 jours, il était alors indétectable au moment de l’étude.

Il faut aussi savoir qu’il ne s’agit pas du premier accident au niveau de ce complexe nucléaire Maïak. En effet, un autre incident beaucoup plus grave s’est malheureusement produit en 1957. Connu sous le nom de catastrophe de Kychtym, l’incident est relatif à une contamination radioactive de niveau 6 sur l’échelle internationale des événements nucléaires. Cet accident nucléaire reste à ce jour le troisième plus grave de l’histoire après ceux de Tchernobyl et Fukushima.

Articles liés :

Des drones identifient des “points chauds” inconnus dans la zone interdite de Tchernobyl !

Certains atolls des îles Marshall sont encore plus radioactifs que Tchernobyl

La plage de Fukushima ré-ouverte 8 ans après la catastrophe !