in

Une étude nous révèle la région où serait née l’humanité

Crédits : Pixabay

Une récente étude suggère que l’origine de l’Homme moderne se trouve au Botswana. Au sud du fleuve Zambèze, plus précisément. C’est à cet endroit que tout aurait commencé pour notre espèce.

Notre histoire est compliquée, tant les branches du buisson de l’évolution sont nombreuses. Mais nous sommes à peu près sûrs d’une chose : notre espèce – Homo Sapiens – est née en Afrique il y a environ 200 000 ans. Mais quelle a été notre première patrie ? La pensée collective suggérait jusqu’à présent que nous avions pris racine dans la Corne de l’Afrique, au nord-est du continent. Mais une récente étude publiée dans Nature vient la contredire.

Notre première patrie au Botswana

L’anthropologue Vannessa Hayes et son équipe, du Garvan Institute of Medical Research, affirment en effet aujourd’hui que l’origine de l’humanité se trouve au sud du fleuve Zambèze, au Botswana. « Les données disponibles aujourd’hui – et les données sont très complètes – indiquent que l’Afrique australe est la patrie ancestrale des humains vivants aujourd’hui », confirme la chercheuse dans un communiqué.

Pour ces travaux, les chercheurs ont tenté de retracer notre histoire en examinant l’ADN mitochondrial transmis de la mère à sa progéniture. Il s’avère que l’une des plus anciennes lignées connues – la lignée L0 – se retrouve aujourd’hui principalement en Afrique subsaharienne. Ses représentants les plus répandus sont les peuples autochtones du « Khoïsan », des groupes de chasseurs-cueilleurs vivant dans les régions du Botswana, de la Namibie, de l’Angola, de la Zambie, du Zimbabwe et du Lesotho.

En examinant les lignées dans le code génétique des mitochondries de 1 000 de ces personnes, puis en couplant ces informations avec des données linguistiques, culturelles, géographiques et archéologiques, les chercheurs ont alors pu déterminer la région sud du fleuve Zambèze comme le point de départ de notre espèce.

évolution
Crédits : Pixabay

 

Premières migrations il y a 130 000 ans

L’endroit est très aride aujourd’hui, mais à l’époque, les chercheurs soulignent que la zone était très humide, tapissée de nombreuses plantes entourant un lac gigantesque. Les lieux étaient si accueillants que notre espèce se serait implantée ici pendant 70 000 ans. Des changements climatiques auraient ensuite poussé nos ancêtres à migrer par deux fois.

« Nos simulations suggèrent que la lente oscillation de l’axe de la Terre modifie le rayonnement solaire estival dans l’hémisphère sud, entraînant des modifications périodiques des précipitations en Afrique australe, explique Axel Timmermann, co-auteur de l’étude. Ces changements de climat auraient ouvert des corridors verts et végétalisés, d’abord il y a 130 000 ans au nord-est, puis il y a environ 110 000 ans au sud-ouest, ce qui permettrait à nos ancêtres les plus anciens de migrer pour la première fois ».

Des conclusions aussi importantes suscitent forcément quelques contestations. Certains chercheurs sont en effet immédiatement montés au créneau pour souligner que les données examinées étaient incomplètes. Il est également possible que des humains anatomiquement modernes aient également émergé ailleurs, plus tôt, mais qu’ils se soient éteints par la suite. Il ne fait aucun doute que notre histoire, complexe, va continuer d’alimenter de nombreux débats.

Source

Articles liés :

Néandertal et Homo Sapiens plus proches qu’on ne le pensait

Des preuves d’une présence de l’Homo Sapiens dans le sud de la Tunisie il y a 100 000 ans

La paresse a-t-elle conduit Homo erectus à l’extinction ?