in

Une étude met en lumière une des fonctions biologiques de l’herbe-aux-chats

Comme son nom l’indique, l’herbe-aux-chats est une plante très attractive pour les chats pour qui elle possède des effets euphorisants. Récemment, l’une de ses fonctions biologiques a fait l’objet d’une étude.

L’herbe-aux-chats ne laisse aucun félin indifférent

L’herbe-aux-chats (Nepeta cataria) rend nos félins préférés un peu fous. À son contact, ils ont en effet des comportements frénétiques : reniflage, léchage, mâchouillage, frottement du corps contre la plante, secouements de la tête ou encore roulades sur le dos. Le matatabi ou vigne argentée (Actinidia polygama) a des effets similaires sur ces animaux. Jusqu’à aujourd’hui, ces comportements en lien avec ces plantes étaient associés à des comportements de jeu (ou d’accouplement) où l’on observe aussi des comportements frénétiques.

Or, une étude publiée dans la revue Sciences Advances le 20 janvier 2021 a révélé une des fonctions biologiques de l’herbe-aux-chats et de la vigne argentée. Selon une équipe de chercheurs japonais et britanniques, ces plantes protègent les chats contre certains parasites mortels susceptibles de se propager par les piqûres de moustiques. Or, les plantes en question éloignent tout simplement ces moustiques indésirables.

Nos chats ne sont d’ailleurs pas les seuls à fortement apprécier ces plantes. En effet, c’est également le cas d’autres félins tels que les lynx, léopards et autres jaguars ainsi que certains fauves comme les lions. Cela permet d’imaginer que ce comportement a une origine en lien avec l’évolution, ayant perduré durant des millions d’années lors desquelles les espèces ont dévié les unes des autres.

chat
Crédits : Derek Bridges / Flickr

Une activation du système μ-opioïde

Afin d’arriver à leurs conclusions, les scientifiques ont tenté d’identifier l’ingrédient induisant les comportements frénétiques, notamment dans la vigne argentée. Ils ont isolé des substances au moyen d’extraits de feuilles et ont utilisé des morceaux de papier absorbant afin de trouver la réponse par élimination. Totalement inconnu jusqu’à aujourd’hui, l’ingrédient en question n’est autre que le nepetalactol. Cette substance est en effet celle qui a généré le plus clairement les comportements frénétiques chez les chats, et ce, peu importe la position des morceaux de papier dans leur cage. Toutefois, les réactions ont été plus intenses lorsque la position de certains papiers permettait aux chats de s’y frotter abondamment et donc de s’en imprégner le pelage.

Après avoir découvert le nepetalactol, les scientifiques ont essayé de comprendre le mécanisme biologique à l’origine cette réaction chez les félins. Après des tests sanguins, ils ont affirmé que la vigne argentée activait le système μ-opioïde de ces animaux, comme c’est le cas de certains psychotropes chez les humains.