in

Une étude lève le voile sur le déclin silencieux des bourdons

Crédits : woodypino/pixabay

Alors que l’attention est souvent portée sur les abeilles, à juste titre, n’oublions pas non plus que les bourdons aussi sont en danger.

Chez les insectes pollinisateurs, les bourdons sont un peu les “chevaux de trait”. Ils jouent un rôle clé dans les écosystèmes agricoles. Les cultures des tomates par exemple dépendent en grande partie de leurs services. Malheureusement, ces insectes de plus en plus exposés aux menaces environnementales sont en grand danger. En témoigne une étude récente publiée dans la revue Science.

Un déclin en Amérique du Nord et en Europe

Pour ces nouveaux travaux, des chercheurs de l’Université d’Ottawa ont recensé les observations de 66 espèces de bourdons sur la période 2000-2014, en Amérique du Nord et en Europe. Ils ont ensuite comparé ces résultats aux observations faites entre 1901 et 1974. Les analyses ont démontré qu’en l’espace de quelques décennies seulement, le nombre de zones fréquentées par les bourdons avait diminué de 46% en Amérique du Nord et de 17% en Europe.

Pour les chercheurs, le premier grand coupable est le réchauffement climatique. En effet, si les bourdons sont armés pour passer l’hiver avec leur fourrure épaisse et leurs ailes qui génèrent de la chaleur, ils sont en revanche beaucoup plus sensibles aux températures chaudes. Imaginez que vous deviez passer tout l’été avec une doudoune sur le dos. Sur le plan physiologique, c’est compliqué.

Il est possible que les bourdons ne soient pas morts au cours de ces observations et qu’ils aient simplement migré vers des environnements plus frais. Cependant, les chercheurs ont également remarqué que les zones désormais sans bourdons avaient enregistré plusieurs épisodes de chaleur extrême au cour de la dernière décennie. Cela laisse à penser que les insectes n’ont finalement pas survécu.

bourdons
Crédits : Myriams-Fotos/pixabay

D’autres menaces encore

Bien que le réchauffement climatique puisse expliquer une grande partie de ces déclins, il ne faut pas non plus sous-estimer les autres menaces qui pèsent sur les bourdons.

Une étude récemment publiée a en effet mis en avant que l’exposition au thiaméthoxame, un insecticide largement répandu, combiné à une composition florale diminuée (une mauvaise alimentation donc) nuisait à la santé et au travail des reines bourdon. Et forcément, ce n’est pas sans conséquence.

Les reines sont de véritables piliers pour leur colonie. Au printemps, après avoir émergé de leur hibernation, ce sont elles qui construisent les nids, pondent les œufs, maintiennent les larves au chaud et les nourrissent. Or, ce travail exigeant sur plan physiologique le devient forcément encore plus lorsqu’elles sont exposées à ce type de menaces environnementales.

On souligne que cette étude ne s’est concentrée que sur deux régions : l’Amérique du Nord et l’Europe. Il sera donc nécessaire d’étendre ces recherches à d’autres parties du monde pour avoir une vision globale de la situation. Néanmoins, il ne fait aucun doute que comme les abeilles, les bourdons ont besoin de soutien.

Source

Articles liés :

Nos bourdons européens sont des espèces invasives en Patagonie

Lorsque les bourdons se muent en drones pour surveiller les récoltes

La France désire expérimenter l’épandage de pesticides au moyen de drones