in

Une étonnante couche nuageuse « coupée au couteau » observée ce 15 octobre aux États-Unis

Crédits : @WxZachary.

Les formations nuageuses prennent parfois des allures surprenantes. Et ce au point de ne pas sembler naturelles. Ce 15 octobre aux États-Unis, des passagers d’un vol entre Denver et Tulsa – et assurément de bien d’autres vols dans la zone – ont pu observer une de ces extravagances cotonneuses.

Prise au travers d’un des hublots de l’appareil par une hôtesse de l’air, la photo montre une couverture nuageuse marquée par un bord « coupé au couteau ». En effet, la transition entre ciel couvert à droite et ciel dégagé à gauche est totalement abrupte. De plus, elle s’étend de façon quasi linéaire sur une grande distance. Comme si l’on avait scié la plaque de grisaille et deux et que l’on s’était débarrassé de l’un des morceaux.

Une extension sur plusieurs centaines de kilomètres

Les images satellitaires montrent que cette zone de démarcation très nette s’étendait sur plusieurs centaines de kilomètres. Les nuages en question sont des nuages bas : des stratus ou stratocumulus. Formés de petites gouttelettes d’eau liquide, ils sont très affectés par les processus prenant place dans les parties les plus basses de l’atmosphère. En outre, leur pouvoir réfléchissant très élevé accentue l’effet de contraste au niveau de la zone de transition.

couverture nuageuse
Crédits : Terra – MODIS.

Influence des ondes de gravité sur la couverture nuageuse

L’animation satellitaire peut éclairer sur l’origine du phénomène – voir ci-dessous. En particulier, elle révèle la présence d’un système d’ondes de gravité se propageant du nord-ouest vers le sud-est. Ces ondes sont à peu près l’équivalent atmosphérique des vagues à la surface de l’océan. Elles réclament la présence d’une couche d’air stable sur laquelle s’exerce une excitation mécanique – liée au vent ou autres.

Ainsi, les parcelles d’air déplacées verticalement vont avoir tendance à osciller autour de leur position d’équilibre en générant des ondulations. À l’arrière du système d’ondes, on constate que le ciel est totalement dégagé. Aussi, il est probable qu’il ait joué un rôle-clé dans la structuration singulière de la couche de nuages bas.

Ce n’est d’ailleurs pas sans rappeler un phénomène analogue qui se produit régulièrement dans le sud-est de l’Atlantique subtropical. Au large des côtes africaines, on observe fréquemment la dissipation de bancs de stratocumulus marins – d’est en ouest cette fois-ci – avec une zone de transition tout aussi abrupte. Des chercheurs avaient récemment fourni une explication reposant justement sur les ondes de gravité.

« Ces sortes de vagues provoquent des mouvements verticaux de va-et-vient dans l’atmosphère, semblables à un bateau qui se balance sur l’océan. (…) Elles se déplacent ensuite à travers le champ de nuages et favorisent le mélange et l’évaporation de ceux-ci » expliquait l’auteure principale de l’étude, Sandra E. Yuter.

Articles liés :

Une étrange formation nuageuse observée en Australie

Quelle est l’énergie déployée par un cumulonimbus, le roi des nuages ?

États-Unis : quand le rejet de particules industrielles dissipe les nuages !