in ,

Une énigmatique mâchoire préhistorique repêchée près de Taïwan

Crédits : MAKY_OREL / Pixabay

Une mâchoire d’un nouveau genre repêchée il y a quelques jours entre la Chine et l’île de Taïwan intrigue les scientifiques. Le fossile pourrait avoir une origine différente de celle des Homo Erectus, les plus anciens Hommes découverts sur le continent asiatique.

Tout d’abord vendu par le pêcheur à un antiquaire avant d’être remis aux scientifiques du Musée national des sciences naturelles de Taïwan, cet ancien fossile extirpé des fonds marins révèle qu’un groupe primitif d’hominidés d’une espèce vraisemblablement inconnue a vécu autrefois dans cette région de l’Extrême-Orient.

Baptisé Penghu 1 par les paléoanthropologues en charge des premières analyses, le fossile serait âgé de 190 000 ans… à 10 000 ans. Une fourchette bien large, qui s’explique par le fait que la mâchoire n’a pas pu être datée au carbone 14, mais simplement via l’analyse d’éléments trace comme le sodium.

« La mâchoire et ses dents sont, de façon inattendue, vraiment primitives pour cet âge », indique néanmoins Masanaru Takai, de l’université de Tokyo. « Au cours du Pléistocène, qui a duré de 2,6 millions d’années à il y a 11.700 années, tous les hominidés ont généralement évolué vers des mâchoires et des dents plus petites ». Or, le nouveau fossile de Taiwan semble plus grand et plus robuste que les anciens fossiles d’Homo Erectus de Java, d’Indonésie et du nord de la Chine. Mais peut-on dès lors en déduire que cette mâchoire appartient à une nouvelle espèce du genre Homo ?

Pour Yousuke Kaifu, si cette mâchoire appartient bel et bien à une nouvelle espèce d’Homo, d’autres ossements de ce type devront être découverts : « Nous avons besoin d’avoir d’autres éléments du squelette pour évaluer son degré d’unicité. La question de l’espèce pourra être effectivement alors discutée après cette première étape ».

Toujours est-il que l’homme de Penghu a bel et bien une « gueule » à nulle autre pareille, et pourrait avoir une origine évolutive différente de celles des Homo Erectus. Plusieurs groupes distincts d’humains archaïques auraient donc évolué en Asie au même moment, certains étant plus primitifs que d’autres : « Les Hommes modernes se sont dispersé dans cette région autour de 50 000 à 40 000 ans, et ont rencontré divers autres groupes d’Homo. C’est une histoire très différente, complexe et excitante, en comparaison de ce que nous avons appris à l’école » conclut Yousuke Kaifu.

Source : nature.com