in

Une chauve-souris effectue un voyage record entre la Russie et les Alpes

chauve-souris
Crédits : Alis Photo

Une équipe de chercheurs annonce dans la revue Mammalia une distance de migration record pour la pipistrelle de Nathusius, une petite espèce de chauve-souris. Le mammifère aurait parcouru plus de 2 400 km de la Russie jusqu’aux Alpes françaises. Cette distance dépasse de 260 km le précédent vol record entre la Lettonie et l’Espagne. 

La Pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii) est une espèce de petite chauve-souris évoluant en Europe, de la Russie jusqu’en Espagne, et des îles britanniques jusqu’en Sicile. L’animal est facilement reconnaissable à sa fourrure brun rougeâtre. Ces mammifères ne sont pas très grands et ne pèsent pas bien lourd, mais ne vous fiez pas aux apparences : ces chauves-souris ont de l’endurance.

Nouveau record officiel

Ces chauves-souris passent généralement leurs étés à se reproduire et à élever leurs petits dans le nord-est de l’Europe. Elles migrent ensuite vers les contrées plus chaudes du sud-ouest où elles hibernent pour l’hiver. La littérature scientifique nous propose ainsi quelques exemples de longs voyages migratoires. En 1979, une pipistrelle de Nathusius baguée en Lituanie avait par exemple parcouru environ 1 600 km avant de se retrouver en Isère. Une autre, baguée en Lettonie, avait été retrouvée en Suisse après avoir parcouru 1 360 km en 28 jours.

Jusqu’à présent, la plus longue migration recensée avait été réalisée par un mâle ayant parcouru 2 220 kilomètres entre la Lettonie et l’Espagne entre 2015 et 2017. Cependant, tous les records sont faits pour être battus. Selon des chercheurs, une chauve-souris pipistrelle femelle aurait en effet parcouru 2 486 kilomètres depuis une réserve naturelle en Russie, relativement proche de Moscou, jusqu’au village de Lully, dans les Alpes françaises. S’il s’agit d’un nouveau record, les scientifiques soupçonnent que de telles migrations pourraient en fait être routinières pour cette espèce.

chauve-souris
Distance en ligne droite entre Borok (Russie) et Lully (France). Crédits : Mammalia.

Des années de recherches

La découverte fut faite par accident. En 2009, Jean-François Desmet, écologiste animalier au Groupe indépendant de recherche et d’information sur la faune des écosystèmes de montagne (GRIFEM), était en effet tombé sur cette chauve-souris morte à Lully. En inspectant l’animal, il fut stupéfait de trouver une bague en aluminium avec le mot « RUSSIE » gravé dessus au niveau de l’une de ses pattes. Un numéro de série y était aussi visible.

Des années de recherches ont finalement amené l’écologiste à entrer en contact avec Denis Vasenkov, un scientifique de l’Académie russe des sciences. Ce dernier avait marqué la chauve-souris pour la première fois dans la réserve de biosphère naturelle de Darwin, en Russie.

Bien qu’il n’y ait pas de données GPS disponibles, les chercheurs estiment que la chauve-souris a donc parcouru un peu plus de 2 400 kilomètres, s’arrêtant en chemin pour se nourrir d’insectes et se reposer. Notez qu’il s’agit d’une estimation basse. En supposant que cette chauve-souris ait beaucoup zigzagué, son voyage aurait en effet pu s’étendre sur environ 3 000 kilomètres.