in

Une baleine bleue protégée abattue par des baleiniers islandais

Baleine bleue abattue par des baleiniers islandais. Crédit : Hard to Port/Facebook

Des photos de ce qui pourrait être une jeune baleine bleue morte, victime de baleiniers islandais, ont récemment fait surface en ligne. Rappelons que le rorqual bleu est une espèce menacée qui n’a pas été délibérément tuée depuis 1978.

Si l’affaire se confirme, les contrevenants pourraient avoir de très sérieux problèmes. «Bien que je ne puisse pas exclure entièrement la possibilité qu’il s’agisse d’un hybride, je ne vois à ce jour aucune caractéristique qui le suggère», a déclaré Phillip Clapham, du Centre des sciences halieutiques de l’Alaska (NOAA), interrogé par Sea Shepherd. «À partir des photos, il a toutes les caractéristiques d’un rorqual bleu. Il est presque impossible qu’un observateur expérimenté puisse mal identifier cet animal».

La compagnie mise en cause – Hvalur hf – affirme de son côté que ce n’est pas le cas. «Je suis absolument convaincu que c’est un hybride», a déclaré à la BBC Kristján Loftsson, qui dirige la société. «Il est impossible de confondre un rorqual bleu avec un rorqual commun, mais cette baleine a toutes les caractéristiques d’un rorqual commun, poursuit-il. Il y a beaucoup de baleines bleues au large des côtes islandaises : quand on se rend compte que c’est un bleu, on s’en va et on va chercher des rorquals communs».

L’Islande a comme tout les pays accepté d’honorer la décision de la Commission baleinière internationale dans les années 1960, qui rend illégale la chasse aux rorquals bleus. Pour autant que nous le sachions, aucun n’a été délibérément tué depuis 1978. Toutefois, l’Islande ne respecte pas le moratoire international sur la mort de toutes les baleines, et accorde des permis pour la chasse aux rorquals communs qui, selon eux, ne sont pas menacés. Bien qu’elles soient assez rares, les baleines hybrides constituent une sorte de “zone grise” légale, donnant aux baleiniers la possibilité de prétendre à une erreur.

Le gouvernement a par ailleurs promis une enquête et un test d’ADN pour déterminer la nature de l’animal, mais pour les militants le mal est déjà fait. «Nous espérons que ce sera le clou dans le cercueil de la chasse à la baleine islandaise», a déclaré à la BBC Astrid Fuchs, de la Whale and Dolphin Conservation. «Cela confirme ce que les scientifiques disent depuis des années : la chasse à la baleine ne peut pas être réglementée – c’est toujours un peu hors de contrôle. Ils y vont, et ne savent pas sur quoi ils tirent».

Rappelons que la baleine bleue est le plus gros animal vivant à notre époque, et dans l’état actuel de nos connaissances, le plus gros ayant jamais vécu sur Terre.

Source

Articles liés : 

Cet ancêtre des baleines vous aurait déchiré en lambeaux

Les baleines à bosse de l’Antarctique se rétablissent peu à peu de leur quasi-extinction

Aucune naissance pour les baleines noires cette année, pire bilan depuis 30 ans