in

Une baleine bleue a été observée dans la Mer Rouge, une première qui intrigue la communauté scientifique

Crédits : Flickr

Les baleines sont rarement présentes dans les mers mais plutôt dans les océans, si bien que lorsque cela se produit, il s’agit d’un événement. Des chercheurs tentent de comprendre pourquoi récemment, une baleine bleue a été observée dans la mer Rouge près de l’Égypte, surtout qu’il s’agit d’une première.

En ce moment, les baleines font l’actualité pour des faits déplorables. Une opération de quatre mois s’est terminée au mois de mars au Japon, durant laquelle un total de 333 baleines de Minke ont été tuées. Parmi ces baleines, 122 étaient en période de gestation et des dizaines d’autres n’étaient pas encore arrivées à l’âge adulte. Les défenseurs des animaux ont protesté contre cette pratique justifiée officiellement par des motifs scientifiques.

Plus récemment, une baleine bleue a été aperçu en Égypte dans la mer Rouge, plus précisément dans le Golfe d’Aqaba à l’est du Sinaï. Cela ne s’est jamais produit auparavant et il s’agit d’un fait si préoccupant que le ministère égyptien de l’Environnement Khaled Fahmy a déclaré vouloir enquêter sur les raisons de cette apparition, comme l’indique l’Egypt Independent dans un article du 31 mai 2018.

« Ce type de baleine n’est pas prédateur et ne constitue pas un danger pour les humains (…), mais il est préférable de ne pas s’en approcher » a poursuivit le ministre.

La baleine bleue est présente sur la Liste rouge mondiale des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avec la mention « en danger ». Avec ses 30 mètres de longueur (maximum), elle est tout simplement considérée comme le plus grand animal ayant jamais vécu sur notre planète.

Par ailleurs, cette espèce est passée très près d’une extinction dans les années 1960 en raison de la pêche intensive dont celle-ci était victime. Si la chasse à la baleine bleue est aujourd’hui bannie, une autre menace plane : le manque de disponibilité de plancton qui se trouve être la base de son alimentation. Cette diminution est, sans surprise à imputer au réchauffement climatique.

Sources : Egypt IndependentSciences et Avenir