in

Une autre étude le confirme : la Voie Lactée est bien gondolée

Notre Galaxie n'est pas plate, elle est gondolée. Crédits : Skowron et al., Science, 2019

La carte tridimensionnelle la plus détaillée à ce jour de la Voie lactée nous confirme que le disque de notre Galaxie n’est pas plat. Il est bel et bien gondolé. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science.

En février dernier, une étude publiée dans la revue Nature Astronomy nous révélait que la forme de notre Galaxie n’était pas plate, mais déformée. Pour ces travaux, les chercheurs s’étaient appuyés sur l’analyse de 1339 étoiles céphéides. Ces objets très jeunes, plus gros que le Soleil et jusqu’à 100 000 fois plus lumineux, ont tendance à “pulser” régulièrement. Ces changements graduels de luminosité permettent alors aux astronomes d’estimer avec précision la distance qui sépare chaque étoile de la Terre. Ils avaient alors découvert que la forme du disque stellaire de la Voie lactée était semblable à un “S”. Une nouvelle étude, s’appuyant cette fois sur l’analyse de 2 400 étoiles, confirme aujourd’hui ces résultats.

Les étoiles situées à 60 000 années-lumière du centre de la Voie lactée se placent 4 500 années-lumière au-dessus ou au-dessous du plan galactique – il s’agit d’un pourcentage très élevé”, explique Dorota Skowron, de l’Université de Varsovie et principale auteure de l’étude.

On apprend plus précisément que notre Galaxie de 70 000 années-lumière de rayon semble se déformer vers le haut au niveau des régions extérieures nord, et vers le bas de l’autre côté. Les premières “torsions” commenceraient également à environ 26 000 années-lumière du centre galactique, à peu près au niveau notre système solaire. Cependant, cela devient de plus en plus raide à partir d’environ 32 000 années-lumière. L’épaisseur du disque ne serait également pas uniforme, s’évasant sur les bords.

voie lactée
Notre Galaxie n’est pas plate, elle est gondolée. Crédits : Skowron et coll., Science, 2019

Plusieurs explications possibles

Pour expliquer cette configuration, les chercheurs avancent plusieurs hypothèses. Le disque interne massif de la Voie lactée pourrait par exemple “forcer” le disque externe à suivre sa rotation. Le disque externe présenterait alors un léger retard dans la rotation, ce qui aurait pour effet de créer la “distorsion” observée. Des interactions gravitationnelles avec des galaxies proches pourraient également déformer les régions de la Voie lactée.

Nous n’avons donc pas fini d’en apprendre sur notre propre Galaxie. Il y a quelques semaines, des chercheurs suggéraient par exemple que même si La Voie lactée présente un diamètre relativement bien connu d’environ 150 années-lumière, d’autres étoiles subsistent encore au-delà. Et toutes seraient encore sous l’influence du centre galactique. En les prenant en considération, il ressort que notre Galaxie présente non plus un rayon de 70 000 années-lumière… mais de 520 000 années-lumière !

Articles liés :

Nous savons désormais combien pèse la Voie lactée

Voie lactée vs Andromède : la collision retardée

Découverte d’une galaxie “fantôme” juste à côté de la Voie lactée