in

Un “Yéti cosmique” repéré dans l’Univers primitif

Crédits : James Josephides / Productions astronomiques Swinburne

Une équipe d’astronomes annonce avoir découvert les preuves de l’existence d’un “yéti cosmique”. Une galaxie “monstre” formée très tôt dans l’Univers primitif.

Jusqu’à présent, ces objets n’appartenaient qu’au folklore, faute de preuves de leur existence. Ces preuves, nous les avons enfin. Des chercheurs américains de l’Université d’Arizona annoncent en effet avoir repéré les empreintes lumineuses d’une galaxie “monstre” formant de nombreuses étoiles à 12,5 milliards d’années-lumière. Autrement dit, cet objet était déjà très actif alors que l’Univers n’avait même pas encore atteint 10 % de son âge actuel.

Un monstre sorti de nulle part

C’est l’astronome Christina Williams qui repéra ce “yéti” pour la première fois. Grâce aux données recueillies par le réseau de télescopes ALMA, au Chili. Sur les images, elle avait remarqué une sorte de petite tâche lumineuse qui, curieusement, semblait sortir de nulle part.

« C’était très mystérieux, car la lumière semblait n’être liée à aucune galaxie connue, explique-t-elle. Quand j’ai vu que cette galaxie était invisible à toute autre longueur d’onde, j’ai été très excitée parce que ça voulait dire qu’elle était probablement très loin. Cachée par des nuages ​​de poussière ».

Les astronomes ont dans un premier temps soupçonné que cette “empreinte” lumineuse trahissait un taux de formation stellaire très élevé. Les analyses de suivi ont ensuite confirmé ces doutes.

« Nous avons très vite compris que cet objet était en réalité une galaxie monstrueuse avec autant d’étoiles que notre Voie lactée, mais débordante d’activité, formant de nouvelles étoiles à 100 fois le taux de notre propre galaxie », explique Ivo Labbé, de l’Université de technologie de Swinburne, à Melbourne.

Cette animation nous montre à quoi cette galaxie pourrait ressembler, avec des nuages ​​de gaz éclairés par l’activité de formation d’étoiles.

Et il pourrait y en avoir d’autres

Ces analyses n’ont été faites que sur une infime partie du ciel – moins de 1/100e du disque de la pleine Lune. Ce qui pourrait signifier deux choses : soit les astronomes ont eu de la chance en tombant sur cet objet, soit ces galaxies sont en réalité beaucoup plus communes qu’on ne le pense.

Si ce type d’objet – mature et actif très tôt dans l’Univers – existe donc bel et bien, les astronomes, en revanche, ne savent toujours pas comment ils peuvent se former. Aucune théorie actuelle ne peut l’expliquer. On attend donc avec impatience le futur lancement du James Webb Telescope, qui sera en mesure sonder ces galaxies plus en profondeur.

Articles liés :

Extraterrestres : la Galaxie pourrait être pleine de micro-machines

Bientôt une vidéo du trou noir de notre Galaxie ?

Quelle fut la toute première couleur de l’Univers ?