in

Un vélo capable de « lire dans les pensées » pourrait sauver des vies !

Crédits : firebladeguy / Pixabay

Des chercheurs ont travaillé sur un prototype de vélo électrique pouvant potentiellement arriver un jour sur le marché. Il s’agit ici d’un vélo directement relié au cerveau de l’utilisateur ! Le but ? Garantir davantage de sécurité pour les cyclistes.

Un dispositif étonnant

La pratique du vélo augmente en milieu urbain, encouragée par les initiatives de vélos en libre-service. De nombreuses personnes y voient une bonne nouvelle, à la fois pour notre santé et notre environnement. En revanche, l’évolution de la pratique devrait s’accompagner de l’apparition d’un véritable écosystème de services. L’objectif ? Améliorer le quotidien et la condition des cyclistes en ville.

Un de ces services serait actuellement en cours d’élaboration en Australie, comme l’explique The Sydney Morning Herald dans un article du 21 juin 2020. Des chercheurs de l’Université Monash (Australie), de l’Université de Southampton (Royaume-Uni) et de la firme IBM travaillent ensemble sur un prototype de vélo électrique. Sa caractéristique principale est de « lire dans les pensées » de son propriétaire !

Comme l’expliquent les meneurs du projet, le prototype est équipé d’un électroencéphalogramme (EEG). Rappelons que l’électroencéphalographie est une méthode d’exploration cérébrale mesurant l’activité électrique du cerveau au moyen d’électrodes placées sur le cuir chevelu. Or, il est ici question de mesurer l’activité électrique du cerveau du cycliste afin de détecter la nature de son champ de vision !

EEG électroencéphalogramme
Le cycliste doit porter ce genre de dispositif équipé d’électrodes en contact avec le cuir chevelu. Crédits : ulrichw / Pixabay

Le dispositif prend des décisions

Après la récolte des données, celles-ci sont envoyées vers un petit ordinateur placé dans le sac à dos du cycliste. Ainsi, en fonction de ce qu’observe le propriétaire, le dispositif donne des instructions au moteur du vélo. Concrètement, en cas de réduction de la vision périphérique, l’accélérateur du vélo s’arrêtera immédiatement. Ceci laissera le temps au cycliste d’appréhender la situation. Si la voie est libre, le vélo donnera automatiquement un petit coup d’accélérateur.

Selon les chercheurs, le projet trouve sa source dans la façon de penser des cyclistes chevronnés. En effet, ces derniers estiment qu’il faut être en osmose avec son vélo. Or, cette technologie incarne, pour ses créateurs, une sorte d’extension du corps. Enfin, si ce projet semble séduire sur le papier, il faudra prouver que ce vélo ne soit pas contraignant à l’utilisation. Dans ce cas, peut-être que ce prototype fera l’objet d’une production en série et d’une commercialisation dans un futur proche.