in

Un trou noir a projeté une énorme bulle de gaz chaud jusqu’à des milliers d’années-lumière !

Simulation d'un trou noir au centre d'une galaxie. Crédits : NASA

Nous avons désormais la preuve que les trous noirs supermassifs sont capables de créer et non seulement de détruire. De plus, ils sont capables de le faire sur de (très) longues distances.

Les trous noirs sont généralement associés à leur pouvoir destructeur, mais ils peuvent également redistribuer la matière dans l’Univers, favorisant ainsi la formation de nouvelles étoiles. Ces processus ont déjà été observés dans plusieurs galaxies. Ce que nous ignorions, c’est que des trous noirs supermassifs pouvaient également influencer la formation de nouvelles étoiles dans des galaxies lointaines.

Une équipe de chercheurs expliquent en effet avoir enregistré un tel phénomène à environ 9 milliards d’années-lumière. Ces observations ont été faites grâce à l’observatoire à rayons X Chandra, ainsi que par des études de suivi permises par le Very large télescope (VLT) et le Grand télescope binoculaire de l’Observatoire européen austral.

Les “renvois” des trous noirs

Le champ gravitationnel d’un trou noir est si intense qu’aucun rayonnement ne peut s’en échapper. Cela concerne même les photons qui sont les particules les plus rapides de l’Univers. C’est pourquoi la matière se retrouve généralement absorbée dès qu’elle s’en approche. Néanmoins, certaines particules arrivent tout de même à en réchapper.

Imaginez un bébé qui ingère un peu trop de compote et qui en vomit un petit peu derrière. Avec le bébé, ces “restes” terminent généralement sur le bavoir ou sur votre visage. Chez les trous noirs, ils se retrouvent de leur côté éjectés à partir des deux pôles à des vitesses avoisinant celle de la lumière.

Une zone d’influence incroyablement grande

Dans la revue Astronomy & Astrophysics, on apprend alors qu’en absorbant de la matière, un ogre cosmique aurait produit un jet de particules de haute énergie si grand qu’une énorme bulle de gaz chaud se serait répandue à quatre galaxies positionnées à plus d’un million d’années-lumière.

Au sein de ces objets, les chercheurs ont alors observé un taux de formation stellaire très important. Celui-ci était jusqu’à soixante fois plus élevé que celui de la Voie lactée. Et pour les chercheurs, c’est bel et bien ce trou noir qui est responsable.

trous noirs
Sont représentés ici le jet de trou noir supermassif (en violet) et la bulle de gaz chaude (rouge). Les 4 galaxies qui forment de nouvelles étoiles sont entourées d’un petit cercle. En bas au centre de l’image est entourée la galaxie qui contient le fameux trou noir. Crédits : NASA / CXC / INAF / R. Gilli et coll.

Nous savons en effet que les étoiles se forment à partir de nuages ​​denses de gaz et de poussière qui s’effondrent sous leur propre gravité. Ce que propose l’étude, c’est que l’énorme bulle de gaz chaud émanant du trou noir aurait ici comprimé davantage ces nuages, favorisant ainsi la formation de jeunes étoiles.

C’est incroyable de penser que le trou noir d’une galaxie peut avoir son mot à dire sur ce qui se passe dans d’autres galaxies à des millions de milliards de kilomètres de là“, conclut Roberto Gilli de l’Institut national d’astrophysique de Bologne.

Articles liés :

Des milliers de super-terres pourraient se former autour de trous noirs

Trous noirs : une découverte exceptionnelle faite au centre d’une galaxie

Trois trous noirs sont sur le point d’entrer en collision