in

Un traitement contre le paludisme efficace contre le coronavirus Covid-19 !

Des représentants du COVID-19 vus au microscope. Crédits : NIAID-RML

Un médecin français confirme l’efficacité d’un traitement antipaludique sur le coronavirus. L’intéressé a repris les résultats d’une étude menée en Chine. Toutefois, personne ne sait encore à quel point ce traitement banal peut se montrer efficace.

Un essai clinique mené en Chine

Le quotidien Le Point a interrogé Didier Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection à Marseille dans un article publié le 25 février 2020. L’expert indique que la chloroquine, un traitement utilisé habituellement contre le paludisme a montré des signes d’efficacité contre le coronavirus. Il est question d’une étude publiée il y a une semaine, menée par des chercheurs chinois dans une dizaine d’hôpitaux. Il s’agit d’établissements situés à Pékin, Shanghai et Wuhan, foyer de l’épidémie de Covid-19.

L’essai clinique a été mené sur une centaine de patients atteints de pneumonies associées au Covid-19. Or, les chercheurs indiquent que le phosphate de chloroquine est plus efficace que le traitement habituel. Ont été louées les capacités antivirales et anti-inflammatoires de la chloroquine. Toutefois, il faut savoir que l’étude chinoise n’a pas quantifié l’efficacité du traitement. Quoi qu’il en soit, il est ici question d’un médicament peu onéreux et sans danger. Les meneurs de l’étude estiment qu’un traitement à base de 500 mg de chloroquine par jour pendant dix jours serait suffisant.

Chloroquine Phosphate
Crédits : mr_frags_llc / eBay

Les autorités françaises étudient les possibilités

Selon Didier Raoult, ce traitement peu cher représente une bonne nouvelle. L’intéressé s’est d’ailleurs entretenu plusieurs fois avec le ministre français de la Santé Olivier Véran. Ce dernier s’est tourné vers la Direction générale de la santé qui a commencé à faire des analyses. Il est donc possible que dans un avenir très proche, le phosphate de chloroquine soit adopté par les services de santé en France.

Citons également le cas du “patient bordelais”, un chinois de 48 ans libéré le 13 février après 22 jours d’hospitalisation. L’homme avait reçu un traitement à base de Remdesivir, un nouveau médicament antiviral à l’origine conçu pour combattre les virus Ebola et Marburg. Or dans le cas de ce patient, le médicament a agi directement sur le virus afin d’empêcher sa multiplication.

En ce 26 février 2020, le dernier bilan en date fait état de 80 559 cas confirmés pour 2 711 décès et plus de 27 000 guérisons. La Corée du Sud, l’Italie et l’Iran sont les trois nouveaux foyers d’infection où le nombre de nouveaux cas augmente rapidement. En Corée du Sud, il y a désormais 1 146 cas pour 11 décès. En Italie, le nombre de cas atteint le nombre de 323 pour 4 décès et en Iran, il y a 95 cas pour 14 décès.

Source

Articles liés :

Covid-19 : attention à ces mails qui vous promettent des infos cachées par les gouvernements

Conséquence inattendue : les chinois respirent mieux en raison du coronavirus Covid-19

Combien de temps le coronavirus Covid-19 peut-il survivre sur différentes surfaces ?