in

Un tout nouveau groupe d’araignées trappe découvert en Australie

Crédits : Jeremy Wilson

Une équipe de biologistes annonce la découverte d’une vingtaines de nouvelles espèces d’araignées trappe, expertes en camouflage, dans l’est de l’Australie.

De nombreuses espèces d’araignées tissent des toiles de soie dans le but de capturer leurs proies. Mais pas toutes. Les araignées trappe, par exemple, préfèrent évoluer dans de petits terriers, cachés derrière une “trappe” (d’où leur nom) construite à partir de soie et de débris naturels.

De là, il ne leur reste plus qu’à attendre que des vibrations se fassent entendre – signe de la présence d’une proie potentielle – pour bondir de leur terrier en un éclair et s’en saisir. Quelques secondes suffisent alors aux araignées pour injecter leur venin et entraîner leur proie au fond de leur refuge.

Un nouveau groupe identifié en Australie

Étant donné que l’élément de surprise fait partie intégrante de leur stratégie de chasse, ces araignées sont difficiles à repérer, et donc à étudier. D’où l’intérêt de plusieurs chercheurs de l’Université Griffith (Australie) et du Queensland Museum qui, il y a quelques semaines, ont identifié un nouveau groupe de ces arachnides dans l’est de l’Australie.

Publié dans la revue Cladistics, l’article décrit une vingtaine de nouvelles espèces. Toutes se sont distinguées par leur apparence physique, d’une part, mais aussi et surtout par leur terrier.

Expertes en camouflage

Toutes ces araignées creusent en effet des abris exceptionnellement bien camouflés, équipés d’une porte à charnières composée de feuilles, de brindilles et de soie. Ils ont d’ailleurs nommé le groupe Cryptoforis, ce qui signifie “portes cryptiques”.

« Les terriers incroyablement bien cachés qu’elles créent sont différents des autres araignées de ce genre dans l’est de l’Australie. C’est probablement pourquoi ce nouveau groupe d’araignées est resté inconnu dans le passé, poursuit le chercheur. La découverte et la description de ce groupe ajoute à notre connaissance de la diversité de la faune invertébrée australienne. C’est également la première étape cruciale vers la protection de ces araignées insaisissables ».

Comme vous pouvez le constater ci-dessous, ces araignées paraissent effectivement très douées pour se fondre dans le décor.

araignée
Où est le terrier… ? Crédits : Michael Rix
araignées
Il est là ! Crédits : Michael Rix

Dans ce type de découverte, il est de coutume pour les chercheur de proposer une “espèce clé”, qui sert alors de point de référence pour l’ensemble du groupe. Dans le cadre de ces travaux, le Dr Jeremy Wilson, l’un des principaux chercheurs de l’étude, a nommé l’espèce clé Cryptoforis hughesae, d’après sa mentor Jane Hughes.

Si vous êtes attentifs, vous pourriez alors apercevoir cette espèce nouvellement décrite dans la plupart des forêts et des réserves naturelles de Brisbane et de la vallée de Brisbane.

Source