in

Un système stellaire unique découvert dans notre Galaxie

Image prise dans l’infrarouge thermique avec la caméra VISIR sur le télescope VLT de l’Observatoire européen austral, au Chili. On y voit au centre un point lumineux qui représente les deux étoiles en orbite serrée, avec un point plus petit en haut représentant la troisième étoile. On observe également les vents stellaires formés suite à la rotation des deux principales étoiles en fin de vie, rejetant de la matière. Crédits : Peter Tuthill/Université de Sydney/ESO

Une équipe d’astronomes annonce avoir découvert un système stellaire unique et potentiellement dévastateur dans note Galaxie. Il s’agit d’un couple binaire enrôlé dans une danse cosmique qui pourrait mener à la production de rayons gamma.

La Terre – et notre système en général – évolue dans un quartier plutôt paisible de la Voie lactée. Il existe en effet en périphérie des zones plus turbulentes, et potentiellement très dangereuses. C’est notamment le cas à environ 8 000 années-lumière dans la Constellation de la Règle, observée avec beaucoup de chance (car très peu lumineuse) dans l’hémisphère sud.

Danse mortelle

Vous retrouverez ici un système à trois étoiles, dont deux sont en orbite serrée. Une danse de l’espace qui pourrait mener l’une des deux étoiles à rompre rapidement, estime une équipe d’astronomes de l’Université de Sydney, en Australie. L’étoile, très massive et en fin de vie, pourrait alors produire de vastes sursauts gamma, un phénomène encore jamais observé dans notre galaxie.

Les deux étoiles massives gravitent l’une autour de l’autre tous les cent ans environ, créant (comme vous pouvez le voir ci-dessous) des vents rapides pouvant atteindre les 12 millions de km/h, soit environ 1 % de la vitesse de la lumière.

« Nous savions immédiatement que nous avions trouvé quelque chose d’exceptionnel, explique Joe Callingham, de l’Institut néerlandais de radioastronomie et co-auteur de l’étude. Quand nous avons vu le magnifique panache de poussière s’enrouler autour de ces étoiles incandescentes, nous avons décidé de l’appeler “Apep” – la divinité monstrueuse du serpent et l’ennemi mortel du dieu-soleil Râ de la mythologie égyptienne ».

rayon gamma
Rayons gamma. Crédits : NASA/GSFC

Sursaut gamma

« Ce que nous avons trouvé dans le système Apep est un précurseur d’une supernova qui semble tourner très vite, si vite qu’il pourrait être proche de la rupture », poursuit Peter Tuthill, de l’Université de Sydney et principal auteur de l’étude publiée dans la revue Nature Astronomy. Pour les chercheurs, la masse de l’étoile et sa vitesse de rotation pourraient alors mener à la production inédite d’un sursaut gamma, l’un des événements les plus extrêmes de l’Univers. Pour vous donner une idée du phénomène, l’étoile en train d’exploser en supernova pourrait émettre en quelques secondes autant d’énergie qu’une étoile de la taille de notre Soleil au cours de sa vie entière.

« Le système peut ralentir suffisamment pour exploser comme une supernova normale plutôt que comme une explosion de rayons gamma. Cependant, dans l’intervalle, il offre aux astronomes une place aux premières loges d’une physique magnifique et dangereuse que nous n’avions encore jamais vue dans notre Galaxie », poursuit Peter Tuthill.

Cette danse cosmique rapide et serrée pouvant encore durer quelques dizaines de milliers d’années, il est malheureusement fort probable que nous ne soyons plus là pour assister à cet éventuel spectacle.

Source

Articles liés : 

Rare : des astronomes capturent l’une des explosions les plus violentes de l’Univers

Une nouvelle méthode permet d’analyser les noyaux d’étoiles en fin de vie

Dernier baiser entre deux étoiles avant une fin cataclysmique