in

Un signal radio extra-terrestre enregistré en direct pour la première fois

Crédits : ESO / José Francisco Salgado / Wikimedia Commons

Des astronomes australiens ont réussi, à observer pour la première fois en direct une étrange radio, en utilisant le radiotélescope de Parkes dans le sud-est du pays.

Ces émissions ont la particularité d’être de très courte durée tout en libérant des quantités phénoménales d’énergie. Les astronomes les appellent des sursauts radio rapides. Si des théories existent pour les expliquer, leur origine est encore incertaine. Depuis la première observation en 2007, ce sont des dizaines de ces phénomènes qui ont été observés.

Le signal qui a été détecté par l’observatoire de Parkes est le premier à avoir été observé en direct. Tous les autres sursauts avaient été découverts dans des données anciennes, que des astronomes analysaient. Cette fois ci, ils ont été instantanément prévenus, et ont ainsi été capable de prévenir les observatoires radio tout autour du monde pour qu’ils puissent eux aussi observer le phénomène.

L’évènement, qui a duré 5 millisecondes n’a laissé aucune trace derrière lui. Habituellement, les phénomènes astrophysiques qui impliquent de telles énergies excitent la matière autour d’eux, et la rendent brillante. Le fait qu’une telle brillance n’a pas été observée permet d’éliminer un bon nombre d’explications comme les supernovas, ces étoiles en fin de vie qui meurent en explosant.

Une hypothèse avancée pour expliquer ces émissions très énergétiques est celle du blitzard, un objet hypothétique sur le point de s’effondrer pour former un trou noir, mais que la rotation maintient à la limite en créant un effet centrifuge assez fort pour empêcher l’effondrement gravitationnel. Les émissions radio seraient alors une façon de freiner sa rotation pour cet objet, qui se transformerait en trou noir quelques millions d’années après sa formation, en produisant des sursauts radio rapides pendant tout ce temps.

Quelle que soit son explication, le phénomène observé par l’équipe australienne est incroyablement puissant, et nous pouvons nous estimer heureux qu’il se soit produit si loin de nous, à une distance de 2 à 5 milliards d’années-lumière environ. Il a libéré autant d’énergie en 5 millisecondes que le Soleil en un million d’années.

Source : Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (lien arXiv)

– Illustration : L’observatoire ALMA