in

Un satellite miniature réussit à prendre des photos de la face cachée de la Lune

face cachée de la Lune EQUULEUS
Crédits : EQUULEUS/JAXA

Orion n’est pas le seul vaisseau impliqué dans la mission Artemis I. Parmi une flotte de petits satellites figure EQUULEUS qui est chargé d’étudier le plasma autour de la Terre. En chemin, le cubsat en a profité pour prendre des images de l’autre côté de la Lune.

En plus d’Orion, la mission lunaire Artemis 1 transportait une dizaine de Cubesats qui sont des sortes de mini satellites pas plus gros qu’une boîte à chaussure. Parmi eux figurait un atterrisseur signé de l’agence spatiale japonaise (JAXA) et nommé OMOTENASHI (le plus petit du monde), dont l’objectif était de démontrer qu’il était possible de se poser sur la surface lunaire à moindre coût. Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu. En revanche, un autre de ces cubsats vient de s’illustrer avec brio.

Le « visage caché » de la Lune

EQUULEUS (EQUilibriUm Lunar-Earth point 6U Spacecraft) est un satellite de l’Agence spatiale japonaise chargé d’étudier le plasma autour de la Terre. Pour ce faire, il doit se positionner autour du Point de Lagrange 2. Cet emplacement privilégié, également fréquenté par le James Webb Telescope, est situé de l’autre côté de la Lune. Il y a a quelques jours, le cubsat en a donc profité pour photographier ce « visage caché » à environ 442 600 kilomètres de la surface de la Terre.

Ces images ont été prises lors de son passage le plus proche de la Lune, à environ 5 000 kilomètres de distance. Comme vous pourrez le constater, cette « face cachée » est plus accidentée que celle que nous observons habituellement, avec une multitude de cratères d’impact et relativement peu de mers lunaires plates et sombres. Son apparence ressemble ici davantage à celle d’autres corps stériles du système solaire, tels que Mercure ou Callisto (une des lunes de Jupiter).

Le vaisseau Orion a également photographié cette face cachée.

lune orion
La face cachée de la Lune capturée par Orion hier. Crédit : NASA

EQUULEUS mettra six mois pour se rendre à L 2, puis il passera six mois à y mener des recherches scientifiques. Les données recueillies par ses trois instruments éclaireront les stratégies de protection des humains et de l’électronique lors de missions spatiales longue durée autour des systèmes Terre-Lune.

De son côté, Orion poursuit son voyage au-delà de la Lune après être entré sur une orbite rétrograde lointaine le 25 novembre dernier. Le vaisseau restera sur cette orbite pendant six jours avant de la quitter le 1er décembre prochain. Son retour sur Terre est prévu le 11 décembre au large de la Californie du Sud.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.