in

Un rapport pointe du doigt les sociétés affichant les plus importantes pollutions plastiques

Crédits : Max Pixel

La fondation Changing Markets a récemment publié un nouveau rapport épinglant plusieurs grandes entreprises en raison de leur pollution plastique. Les auteurs évoquent également les fausses promesses et autres tactiques de diversion de ces mêmes sociétés, notamment en lien avec la crise du coronavirus.

Un classement peu surprenant

La fondation Changing Markets s’associe régulièrement à des ONG dans le cadre de différentes campagnes. Dans un communiqué publié le 24 septembre 2020, la fondation évoque un rapport traitant du marché du recyclage pour l’industrie des bouteilles en plastique sur la période 2020-2024. Il y a est également question d’une nouvelle normalité pendant la pandémie de Covid-19. Dans son rapport, Changing Markets établit surtout un classement des multinationales produisant le plus de déchets plastiques dans le monde en se basant sur les déclarations des multinationales elles-mêmes.

Dans ce classement, les trois premières sociétés sont Coca Cola, Pepsico et Nestlé. Coca Cola arrive toutefois en tête et de loin avec ses 2,9 millions de tonnes de déchets plastiques à l’année. Ces trois entreprises sont suivies de Danone, P&G, Unilever, Colgate-Palmolive et Mars.

Retrouver Coca Cola, Pepsi et Nestlé en tête d’un tel classement n’est pas le fruit du hasard. En octobre 2019, l’ONG Break Free from Plastics avait organisé une journée de ramassage déchets en plastique ayant mobilisé environ 70 000 volontaires dans plus de cinquante pays. Sur une collecte de 476 423 déchets, il était encore possible d’identifier la marque de 40 % d’entre eux. Coca-Cola est arrivé en tête pour la seconde année consécutive, totalisant 11 732 des déchets récupérés. Ensuite, nous retrouvions Nestlé (4 846) et Pepsi (3 362).

coca plastique
Crédits : PxHere

Des sociétés surfant sur la crise sanitaire actuelle

“Des études scientifiquement douteuses ont été présentées pour jeter le doute sur le réutilisable et renverser la tendance de la consigne et des interdictions de plastiques à usage unique” a affirmé Changing Markets dans son rapport.

La fondation explique que ces sociétés ont utilisé la crise actuelle liée au coronavirus comme excuse afin de promouvoir leurs produits. Autrement dit, il serait impossible de se fier à ces dernières pour agir d’une meilleure façon. Changing Markets va encore plus loin en mentionnant de faux engagements et des tactiques visant à retarder, distraire et même faire échouer toute législation en leur défaveur.

Le rapport ne critique pas les promesses en tant que telles, mais le manque de suivi et de transparence des multinationales. Rappelons au passage que Coca Cola avait fixé un objectif ambitieux dans les années 1990 : fabriquer ses bouteilles avec au moins 25 % de plastique recyclé. Or, cette société fabrique toujours ses bouteilles avec seulement 10 % de plastique recyclé à une cadence de 200 000 bouteilles par minute !