in

Un pigeon faisan « perdu » retrouvé après plus d’un siècle

pigeon faisan à nuque noire
Crédit : Jason Gregg, American Bird Conservancy

Il y a plusieurs semaines, des chercheurs de l’Université de Cornell menant une expédition en Papouasie-Nouvelle-Guinée ont observé avec stupéfaction la présence d’un pigeon faisan à nuque noire, une espèce qui n’avait pas été signalée depuis 140 ans.

C’était « comme trouver une licorne »

Après un mois de recherches infructueuses, les scientifiques s’apprêtaient à quitter l’île de Fergusson, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, lorsqu’une de leurs caméras a finalement enregistré l’oiseau à distance. Les images ne laissent aucun doute. Avec son dos et ses flancs couleur ambrée ainsi que sa tête et sa queue d’un noir semblable : il s’agissait bien d’un pigeon faisan, une espèce endémique de la région « invisible » depuis 1882.

C’était comme « trouver une licorne« , a déclaré John Mittermeier, co-chef de l’expédition. « C’est le genre de moment dont vous rêvez toute votre vie en tant qu’écologiste et ornithologue« . Les membres de l’équipe avaient déjà tenté de localiser l’espèce en 2019, sans succès.

La redécouverte de ce pigeon faisan n’aurait par ailleurs jamais été possible sans Doka Nason, une spécialiste locale des oiseaux, qui s’est jointe à la recherche avec plusieurs de ses amis pour conseiller l’équipe sur l’endroit où chercher. Une vingtaine de pièges photographiques avaient ensuite été installés. Celui qui a capturé les images était placé dans une zone forestière dense de l’île sur une crête haute près d’une rivière.

On ne sait par ailleurs quasiment rien de cet oiseau. Ses vocalises nous sont notamment inconnues. Les chercheurs pensent toutefois que ses chants ressemblent probablement à ceux d’une autre espèce de pigeon faisan de Papouasie-Nouvelle-Guinée continentale, un son que les locaux comparent au cri désespéré d’une femme ostracisée par sa communauté.

pigeon faisan à nuque noire
Un pigeon faisan à nuque noire photographié pour la première fois en 140 ans. Crédit : Jason Gregg, American Bird Conservancy

Une population en danger

Le fait de savoir que cette espèce incroyablement discrète est toujours présente est évidemment une excellente nouvelle. Cependant, les écologistes sont inquiets. Le principal propriétaire foncier de la région où l’oiseau a été repéré vient en effet de signer un accord avec une entreprise forestière. Or, le fait de travailler dans cet habitat naturel pourrait évidemment menacer les quelques spécimens toujours présents.

L’Union internationale pour la conservation de la nature considère l’espèce comme « en danger critique d’extinction » depuis juillet 2021, estimant sa population à entre 50 à 249 individus. Cependant, le véritable état de cette population interroge toujours. L’équipe cherche actuellement un financement afin de pouvoir retourner sur place pour tenter d’apporter une réponse plus claire à cette question.