in

Un nouvel instrument pour détecter des exoplanètes semblables à la Terre

Crédits : Wikimedia Commons

L’observatoire européen austral et le projet Breakthrough Watch se sont récemment associés pour développer un nouvel instrument qui, on l’espère, nous permettra la découverte de nombreuses exoplanètes.

Alpha Centauri est le système d’étoiles le plus proche de la Terre, à 4,37 années-lumière. Vous y retrouverez trois étoiles. Un système binaire, tout d’abord, composé d’Alpha Centauri A et B, semblables au Soleil. Et une troisième étoile naine rouge, baptisée Proxima Centauri. C’est cette étoile qui nous intéresse particulièrement. En 2016 en effet, une équipe d’astronomes annonçait la découverte d’une exoplanète ressemblant en de nombreux points à la Terre (Proxima b). Même taille, même masse, à peu de chose près. Avec, possiblement, la présence d’eau liquide à la surface.

La découverte de ce nouveau monde potentiellement habitable avait fait les gros titres à l’époque. Depuis, plusieurs études se sont succédé dans le but de déterminer la véritable nature de cette planète. Le fait est que, de par sa proximité, Proxima Centauri et sa planète sont de parfaits candidats pour une éventuelle mission visant la recherche d’une vie extraterrestre. À terme, c’est d’ailleurs l’idée du projet Breakthrough, financé par le milliardaire Yuri Milner : envoyer des mini sondes directement sur place.

Éclipser la lumière des étoiles

On n’en est pas encore là. En attendant de pouvoir trouver un moyen de nous y rendre dans un laps de temps relativement court, les astronomes sont curieux de savoir si d’autres mondes semblables à Proxima b pourraient évoluer autour de Proxima Centauri. En ce sens, l’Observatoire européen austral (ESO) collabore depuis quelques mois avec l’organisation Breakthrough Watch dans le but de mettre au point un nouvel instrument, baptisé NEAR.

NEAR est un coronographe infrarouge thermique. Le principe est simple : bloquer la lumière de l’étoile dans le but de rendre les planètes visibles autour. Une sorte d’éclipse artificielle. L’instrument est si sensible qu’il pourrait également nous permettre d’imager directement des exoplanètes. Autour de Proxima Centauri bien sûr, mais aussi – et pourquoi pas – autour d’Alpha Centauri A ou B.

Une première campagne d’observations, débutée le 23 mai dernier, s’est clôturée il y a quelques jours (11 juin). Le coronographe a été installé sur le plus grand des quatre télescopes d’ESO, situés dans le désert d’Atacama au nord du Chili. L’analyse de ces données est en cours, et l’ESO ne devrait pas tarder à communiquer ses premiers résultats.

exoplanètes
Impression d’artiste de la surface de Proxima b. Crédits : ESO/M. Kornmesser

Comment atteindre Proxima Centauri ?

Il est par ailleurs intéressant de réfléchir, si tant est que nous organisions une mission vers Proxima b (ou toute autre planète dans ce système), aux différentes options nous permettant de nous y rendre. Rappelons avant tout que Proxima b se trouve à 700 000 fois la distance Terre-Mars.

Nous pourrions, première solution, imaginer un moteur à fusion nucléaire. Si nous parvenions à maîtriser la technologie, nous pourrions alors atteindre environ 10 % de la vitesse de la lumière (30 000 km/s). Avec un tel élan, Proxima b serait à notre portée en “seulement” 36 ans. Se posera néanmoins un problème au niveau du carburant. Pour ce faire, nous devrions en effet récupérer de l’Hélium 3 sur la planète Jupiter.

La seconde solution, soutenue par Yuri Milner, consisterait à faire accélérer de minuscules sondes équipées de voiles solaires (moins d’1 gramme chacune) par le biais d’un laser. Sur le papier, ces petits vaisseaux pourraient atteindre 20 % de la vitesse de la lumière, soit 60 000 km/s. Dans ce cas précis, Proxima b serait à notre portée en 25 ans environ. Cependant, les scientifiques estiment qu’un tel système ne sera opérationnel que dans deux décennies minimum.

Vous l’aurez compris, se rendre sur l’exoplanète la plus proche n’est pas une mince affaire. Cette mission est d’une envergure telle que nous devons absolument comprendre où nous mettons exactement les pieds. D’où la nécessité de développer ce type d’instruments.

Source

Articles liés :

La vie pourrait-elle évoluer sur ces exoplanètes proches ?

Ils ont photographié deux jeunes exoplanètes en formation

Découverte de 18 exoplanètes semblables à la Terre

Un nouvel instrument pour détecter des exoplanètes semblables à la Terre
noté 4 - 1 vote[s]