in

Un nouvel axe routier permettra de rouler de New York à Londres

Crédits : Larisa-K / Pixabay

Une nouvelle voie terrestre est actuellement à l’étude et permettra de rouler non-stop de New York à Londres en passant par la Sibérie.

« Si l’on tient pour acquis qu’une route partant de Nome est construite (le projet a été étudié par l’État d’Alaska), un voyage imaginaire en voiture entre Londres et New York couvrirait environ 20 777 kilomètres », indique la CNN.

Voir ci-dessus la carte montrant le tracé de cette nouvelle voie (CNN).

Nome, petite ville d’Alaska, n’est pas encore reliée au réseau routier, mais se trouve à proximité de la plus courte distance séparant la Russie des États-Unis, sur le Détroit de Béring, cette dernière étant de 88 km. La planification ne permet pas encore de comprendre comment les automobilistes traverseront d’un continent à l’autre, ce qui pourrait être possible par le biais d’un traversier, d’un tunnel ou d’un pont.

Le projet baptisé « Trans-Eurasian Belt Development » intégrera en parallèle la mise en place d’un réseau ferroviaire reprenant partiellement celui du transsibérien. Ce projet routier et ferroviaire longera également des réseaux d’oléoducs et autres pipelines pour un voyage qui se ferait en pas moins de 8 jours par la route en respectant une limite de vitesse de 100 km/h.

Vladimir Yakounine, chef de la compagnie de chemins de fer de Russie, estime que le projet pourrait être rentable. En effet, de 10 à 15 entreprises seraient mobilisées, créant de nombreux emplois notamment dans les nouvelles villes qui fleuriront le long de ce nouvel axe de transport.

Sources : CNNLe Journal de MontréalThe Siberian Times

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.