in

Un nouvel astéroïde repéré représente un risque (lointain) pour la Terre

astéroïde
Vue d'artiste d'un astéroïde en orbite plus proche du soleil. Crédits : DOE FNAL / DECam / CTIO / NOIRLab / NSF / AURA /J. da Silva - Moteur spatial

Des astronomes ont repéré une nouvelle menace potentielle pour notre planète. L’astéroïde, caché par l’éclat du Soleil, était passé inaperçu au cours de ces dernières décennies. Ces travaux suggèrent que davantage de roches similaires sont encore à découvrir.

La découverte de nouvelles roches spatiales repose sur la détection de la lumière du soleil qui se reflète sur leurs surfaces. Toutefois, certains astéroïdes occupent des coins du ciel dans lesquels l’éclat du soleil les étouffe et ils disparaissent alors de notre ligne de mire.

Dans le but de repérer ces roches « insaisissables », une équipe s’est récemment appuyée sur une caméra normalement conçue pour étudier la matière noire, celle du télescope Víctor M. Blanco, au Chili. Cet instrument est capable de prendre des images en champ profond près de l’horizon de la Terre pendant le crépuscule pour lutter contre l’éblouissement du Soleil et les distorsions atmosphériques.

Pour cette enquête crépusculaire, les chercheurs ont parcouru la zone à l’intérieur des orbites de la Terre et de Vénus. Dans The Astronomical Journal, ils annoncent avoir identifié trois nouveaux astéroïdes noyés par la lumière solaire, dont un qui pourrait un jour poser problème.

Un « tueur de planètes »

L’un de ces astéroïdes, nommé 2022 AP7, mesure environ 1,5 km de long. Son orbite croise la trajectoire de la Terre autour du Soleil, s’approchant à environ quelques millions de kilomètres de notre planète. Cela fait de cet objet «le plus gros astéroïde potentiellement dangereux découvert au cours des huit dernières années», selon Scott Sheppard, de la Carnegie Institution for Science à Washington et principal auteur de l’étude.

Après sa découverte, des observations de suivi ont permis de mieux caractériser le mouvement de cet astéroïde. D’après cet ensemble de données, la probabilité que cet objet touche la Terre dans un avenir prévisible serait « extrêmement faible ». Cependant, l’attraction gravitationnelle des objets autour du système solaire (qui concerne aussi notre propre planète) fait en sorte que les astéroïdes qui traversent l’orbite terrestre ne « dansent » pas toujours de la même manière, et celui-ci ne fait pas exception. Il est ainsi possible que l’astéroïde représente un réel danger pour nos descendants «dans les prochains milliers d’années», estime Alan Fitzsimmons, de l’Université Queen’s de Belfast.

Si tel devait être le cas, les conséquences seraient dramatiques. «C’est ce que nous appelons un « tueur de planètes »», poursuit le Dr Sheppard. «Si celui-ci venait à frapper la Terre, cela causerait une destruction planétaire. Ce serait très mauvais pour la vie telle que nous la connaissons».

astéroïde 2022 AP7
Le télescope Víctor M. Blanco de 4 mètres au Chili. Crédits : CTIO/NOIRLab/NSF/AURA/D. Munizaga

A priori, nous sommes en sécurité pour quelques années. Cependant, l’existence de cette grosse pierre suggère que d’autres astéroïdes voilés par l’éclat du soleil sont encore nichés dans nos « angles morts ». Pour les dénicher, la NASA prévoit une mission de suivi avec le Near-Earth Object Surveyor. Lancé plus tard cette décennie, cet observatoire infrarouge en orbite autour de la Terre fixera l’éclat du soleil pour isoler les roches potentiellement dangereuses manquées par d’autres enquêtes.