in

Un nouvel ancêtre des tortues de mer modernes trouvé en Alabama

Reconstruction de la nouvelle espèce ( Peritresius martini ). Crédit: Drew Gentr

Une équipe de paléontologues annonce la découverte en Alabama (États-Unis) d’une nouvelle espèce de tortue de mer datant de l’époque du Crétacé supérieur, nouvel ancêtre des tortues modernes.

Si vous avez déjà vu une tortue de mer, vous ne serez pas surpris d’entendre que ces créatures ont des ancêtres qui remontent à l’époque des dinosaures. On pensait auparavant que les tortues de mer modernes n’avaient eu en revanche qu’un seul ancêtre datant du Crétacé tardif – il y a environ 100 à 66 millions d’années. Cette espèce ancestrale, Peritresius ornatus, vivait exclusivement en Amérique du Nord, mais peu de fossiles de cette époque ont été découverts dans ce qui est aujourd’hui le sud-est des États-Unis. Cette région est en revanche connue pour produire un grand nombre de fossiles de tortues marines du Crétacé supérieur.

Dans cette étude, l’équipe de recherche a analysé de nouveaux fossiles datant d’environ 83 à 66 millions d’années et prélevés dans des sédiments marins de l’Alabama et du Mississippi. Et ceux-ci appartiennent à une espèce complètement nouvelle. Fraîchement baptisée Peritresius martini, cet ancêtre des tortues marines se distingue par la forme de sa carapace, de 90 cm de long et 75 cm de large.

Les fossiles répertoriés par les scientifiques, et qui ont permis de découvrir cette nouvelle espèce.
Crédits : Andrew D. Gentry / James F. Parham / Dana J. Ehret Jun / A. Ebersole

En comparant P. martini et P. ornatus, les chercheurs ont noté que la carapace de P. ornatus était inhabituelle parmi les tortues marines du Crétacé, celle-ci présentant des éléments de peau sculptés approvisionnés en vaisseaux sanguins. Cette caractéristique unique peut suggérer que P. ornatus était capable de thermorégulation, lui permettant de se maintenir au chaud et de survivre pendant la période de refroidissement du Crétacé, contrairement à beaucoup d’autres tortues marines qui se sont éteintes.

« Cette découverte répond non seulement à plusieurs questions importantes sur la distribution et la diversité des tortues marines au cours de cette période, mais fournit également une preuve supplémentaire que l’Alabama est l’un des meilleurs endroits au monde pour étudier certains des premiers ancêtres des tortues marines », indique le principal auteur de l’étude, Drew Gentry, de l’Université d’Alabama à Birmingham (États-Unis).

Source