in

Un nouveau type de filets de pêche pour protéger la faune aquatique

Crédits : NeedPix

La faune aquatique est fortement impactée par la pêche industrielle. Si l’objectif initial est bien sûr de capturer du poisson en grande quantité, les filets attrapent également d’autres animaux, dont des espèces protégées. Une étude récente a permis d’élaborer un nouveau type de filet afin de réduire ces prises non ciblées.

Réduire les prises accidentelles

La pêche industrielle est largement pointée du doigt en raison de la surpêche causant notamment une réduction importante des stocks de poissons. Néanmoins, la question de la capture d’espèces aquatiques protégées telles que les tortues et les dauphins, entre autres, est également très alarmante.

Dans une étude parue dans la revue Biological Conservation le 4 décembre 2019, des chercheurs basés au Royaume-Uni se sont intéressés de près à la question. Ceux-ci ont démontré qu’en éclairant les filets avec des LED, les prises accidentelles pouvaient être fortement réduites. Des expérimentations ont eu lieu au Pérou sur des centaines de filets entre 2015 et 2018.

tortue de mer
De nombreuses espèces de tortues de mer sont malheureusement capturées dans les filets de pêche.
Crédits : PxFuel

Des LED pour avertir les animaux

Pour la principale auteure de l’étude Alessandra Bielli, la pêche au filet maillant affiche malheureusement de forts taux de prises accidentelles d’espèces marines protégées. Or, il faut savoir que le principal risque concerne la baisse de la population de ces animaux marins. Depuis que ce problème a été identifié, peu de solutions ont été pensées pour réduire ces mêmes prises.

Les chercheurs ont donc équipé les filets de lampes LED tous les dix mètres. Selon les résultats, les prises accidentelles ont été réduites de 70 % concernant les tortues. Au niveau des petits cétacés tels que les dauphins, ce même taux a été réduit de 66 %. Tout simplement, les signaux lumineux permettent d’alerter les animaux de la présence d’un filet. Ceci leur permet donc de s’écarter et d’éviter la capture. Par ailleurs, il s’agit d’une solution simple et relativement peu coûteuse à tel point que l’on se demande comment personne n’y avait pensé jusqu’à aujourd’hui.

Cette innovation est évidemment bienvenue à l’heure où la vie marine est de plus en plus mise à mal. Si la pêche industrielle fait partie des principaux dangers, le réchauffement climatique également. Il y a quelques mois, des chercheurs canadiens ont estimé que le réchauffement climatique pourrait réduire la vie marine de 17% d’ici à 2100.

Source

Articles liés :

Que se passerait-il si les requins disparaissaient des océans ?

Il y a 252 millions d’années, la vie marine a littéralement étouffé

Surpêche : un nouveau rapport rappelle l’urgence de la situation !