in

Un nouveau traitement pour vaincre le cancer suggéré par une fillette de 8 ans

Crédits : stevepb / Pixabay

Alors que le Professeur Michael Lisanti était en train de dîner avec sa famille, sa fille Camilla, âgée de huit ans, a suggéré à son père un nouveau traitement pour vaincre le cancer.

La petite Camilla était en train de dîner avec sa famille quand son père, le Professeur Michael Lisanti (directeur de l’unité Breakthrough Breast Cancer à l’Université de Manchester) lui a demandé comment elle s’y prendrait pour guérir un cancer. Elle réfléchit un instant avant de suggérer d’utiliser des antibiotiques, « comme quand j’ai mal à la gorge », répondit-elle naïvement. « Je savais que les antibiotiques pouvaient affecter les mitochondries, mais cette conversation m’a aidé à faire un lien direct. Camilla a fait une généralisation naïve que les adultes ne feraient pas puisqu’ils en savent trop. (…) Nous avons creusé et examiné le problème et toutes les pièces du puzzle se sont assemblées », a expliqué Michael Lisanti au Daily Mail.

En collaboration avec une équipe de chercheurs de New York et Philadelphie, le professeur Misanti et sa femme le docteur Federica Sotgia, ont mis l’idée de leur fille en pratique. En effet, ils ont utilisé cinq types d’antibiotiques sur des cellules de huit types de cancers. Les résultats aussi étonnants qu’ils puissent y paraître montrent que quatre d’entre eux éradiquaient les cellules souches de certains cancers, y compris le glioblastome, l’une des tumeurs du cerveau les plus mortelles.

Ces recherches sur l’utilisation d’antibiotiques contre le cancer ne sont toutefois pas une nouveauté. Des antibiotiques anticancéreux ont ainsi été découverts dans les années 70 et sont utilisés dans certains traitements depuis plusieurs années.

Plusieurs antibiotiques bon marché et largement commercialisés, comme la doxycycline qui traite l’acné, seraient très efficaces face à certains cancers. Si les résultats sont encourageants et permettraient aux malades d’avoir accès à des traitements beaucoup plus abordables, d’autres études doivent être menées notamment sur les effets secondaires dus à cette nouvelle voie thérapeutique.

Source : Daily Mail