in

Un nouveau record de froid nord-hémisphérique a été validé par l’Organisation Météorologique Mondiale

Crédits : earth.nullschool.net.

Jusqu’à présent, la température la plus basse jamais mesurée dans l’hémisphère nord était officiellement de -67,8 °C. Une valeur relevée aux stations russes de Verkhoïansk et Oïmiakon en février 1892 et janvier 1933, respectivement. Toutefois, de nouveaux travaux menés par un groupe de chercheurs de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) ont conduit à redéfinir le record de froid nord-hémisphérique. 

En effet, des mesures effectuées au centre de la calotte groenlandaise ont fait état d’une température de -69,6 °C. Le point quelque peu troublant est que la mesure date… du 22 décembre 1991 ! Autrement dit, il aura fallu 30 ans pour que ce chiffre soit expertisé et officiellement reconnu par la communauté scientifique. Un délai attribuable au fait que ces données aient été récemment redécouvertes après l’étude de banques d’archives climatologiques.

Localisation de la station de Klinck (étoile rouge). L’encart en bas à droite est un grossissement du cadre rouge présent sur l’image principale. Crédits : George Weidner & al. 2020.

« À l’ère du changement climatique, une grande attention est portée sur les nouveaux records de chaleur. Ce record de froid nouvellement reconnu est un rappel important des contrastes frappants qui existent sur cette planète », relate Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM. « Cela témoigne que les climatologues et historiens que nous sommes sont maintenant capables d’enquêter sur bon nombre de ces documents plus anciens et d’obtenir une meilleure compréhension mondiale, non seulement des extrêmes climatiques actuels, mais aussi historiques ».

En termes de contrastes frappants, on notera que la station de Verkhoïansk qui détenait jusqu’à présent le record de froid avec Oymyakon a enregistré une valeur de 38 °C l’été dernier. La plus haute rapportée à ce jour au nord du cercle arctique. Aussi, l’écart entre l’extrême froid et l’extrême chaud y atteint plus de 100 degrés !

Froid record : une mesure effectuée lors d’une campagne scientifique

Le nouveau record officiel de -69,6 °C a été mesuré non loin du sommet de l’inlandsis groenlandais. Plus précisément, au niveau du site de Klinck – à 3105 mètres d’altitude – alors qu’un temps calme et anticyclonique prévalait. Une météo qui a permis à l’air déjà très froid de perdre encore plus de chaleur par rayonnement vers l’espace et de précipiter le mercure vers des niveaux exceptionnellement bas. Incidemment, la station automatique de Klinck n’aura fonctionné de façon opérationnelle que durant deux années. Et pour cause, elle fut déployée dans le cadre d’une campagne scientifique – le Greenland Ice Sheet Project, articulé à travers un réseau de mesures temporaire -, avant d’être déportée en Antarctique.

Vue de la station de Klinck en 1994 (a) et 1990 (b). Les annotations localisent les divers capteurs dont discute l’étude. Crédits : George Weidner & al. 2020.

L’étude effectuée par le groupe d’experts de l’OMM a été publiée dans le Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society ce 23 septembre. Elle souligne entre autres la qualité des mesures et le soin apporté aux métadonnées, témoins de l’application avec laquelle les scientifiques de l’époque ont travaillé. Cette tenue minutieuse de la station de Klinck explique la validation de ces mesures datées du début des années 1990. Enfin, on rappellera que la température la plus froide jamais mesurée sur Terre par une station météorologique est de -89,2 °C, le 21 juillet 1983. Elle est détenue par la célèbre base de Vostock, installée en plein cœur du continent Antarctique.

Source